LES LOYALISTES « BANANÉS » : LA COMMISSION DES LOIS ADMET L’INÉGALITÉ DE TRAITEMENT ÉLECTORAL ENTRE CITOYENS CALÉDONIENS

Yaël Braun-Pivet, Présidente de la Commission des Lois de l’Assemblée nationale

On s’en doutait un peu. La commission des Lois de l’Assemblée Nationale a rejeté la proposition de loi organique déposée par l’UDI et soutenue par Les Républicains et les Socialistes, visant à l’inscription automatique des natifs calédoniens de droit commun sur les listes électorales du prochain référendum. La commission dont la majorité est détenue par LaRem, est présidée par Yaël Braun-Pivet, députée LaRem de la 5e circonscription des Yvelines. Cette ancienne socialiste n’est pas une inconnue pour la Calédonie, elle est en effet également Vice-présidente de mission d’information sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. Nous sommes servis

HALLUCINANT : PAS DE RUPTURE D’ÉGALITÉ ENTRE ÉLECTEURS !

Naïma Moutchou, députée du Val d’Oise

C’est la députée LaRem du Val d’Oise, Naïma Moutchou, qui l’affirme, en s’appuyant sur les avis du Conseil Constitutionnel et du Conseil d’Etat : … »le Conseil Constitutionnel (…) qui a confirmé la constitutionnalité de l’ensemble de l’article, et en particulier n’a pas jugé que la disposition contredisait le principe d’égalité devant la loi » … Suit une fumeuse explication sur la tenue des délais d’organisation du référendum.

Ainsi, au sein des « citoyens de Nouvelle-Calédonie », certains sont inscrits d’office sur les listes électorales, et d’autres doivent le faire de leur propre initiative, mais il n’existe pas de différence de traitement entre eux ! Hallucinant.

AUX YEUX DE LA MAJORITÉ, IL VAUT MIEUX ÊTRE KANAK
Ce traitement différencié, non pas selon que « l’on soit riche ou puissant », mais que l’on soit Kanak de statut coutumier, ou Calédonien de statut de droit commun, est donc considéré comme normal, aussi bien aux yeux de hautes juridictions qu’à ceux du parti présidentiel. La terre n’est pas ronde, elle est plate …

Il aurait été intéressant que les dispositions inverses soient mises en œuvre : inscription après démarches personnelles pour les Kanak de statut coutumier, et inscription automatique pour les autres. Histoire d’écouter alors toutes ces belles âmes …

LA CONFIRMATION D’UN CLIVAGE PROFOND
Ces prises de position qui démontrent que ce qui est inadmissible dans la République ne l’est pas pour la Nouvelle-Calédonie. Après le scandaleux gel du corps électoral, voici le traitement différencié entre les électeurs citoyens de Nouvelle-Calédonie.

Imagine-t-on que pour les prochaines municipales en métropole, les Français de souche soient automatiquement inscrits sur les listes électorales, et que les autres nationaux doivent justifier leur qualité de vrais Français pour être inscrits ?

La leçon, c’est que la position de l’Etat montre avec encore plus d’éclat l’importance du résultat référendaire de septembre.

Que les loyalistes en sortent affaiblis ou au contraire renforcés, et leur voix prendra une tonalité différente dans un cas ou dans l’autre. L’Etat, en tout cas, ne leur fera pas de cadeau.