A QUAND DES SANCTIONS LOURDES POUR LES INCENDIAIRES QUI SONT UNE MENACE POUR LA CALÉDONIE ? Mont Dore, Dock de Saint Vincent de Paul, ils n’ont plus de limite. LKU réélu à la tête du Parti Travailliste. Sensibilisation à la sécurité en mer

La faiblesse des sanctions appliquées ici comme en métropole à ceux qui portent atteinte à la République et à ses honnêtes citoyens fait que les risques pénaux encourus ne sont guère dissuasifs. Certains estiment même que c’est le contraire qui est ressenti. Délinquance dans les manifs, délinquance tout court, incendies de toutes natures, ces faits, aujourd’hui ne sont pas suffisamment sanctionnés, les coupables incarcérés trop rapidement relâchés.

Le peine requise contre les malfrats qui avaient attaqué un équipage de 4 policiers à Viry-Chatillon (25 à 30 ans de réclusion), a semblé surprendre l’opinion et la plupart des journalistes. C’est le contraire, qui aurait du les surprendre. Ces détenteurs de l’autorité publique avaient subi une attaque pour tuer. Ils ont été gravement brûlés pour deux d’entre eux.

Que l’on s’attaque ainsi à des policiers en Australie ou en Nouvelle-Zélande …

À la Réunion, le responsable d’un incendie qui avait ravagé le centre de l’île, riche en biodiversité et petite merveille écologique et touristique, avait écopé de 12 ans d’emprisonnement.

En Nouvelle-Calédonie, « le feu » est devenu l’arme destructrice de criminels dangereux pour la société. On brûle des maisons, on brûle des voitures, on brûle des entreprises, on brûle des docks, on brûle des milliers d’hectares d’une nature à la valeur inestimable.

Ce qui est retenu, c’est l’action parfois héroïque des pompiers. On ne parle jamais des incendiaires. Ils ne sont jamais confondus, jamais vraiment condamnés. Parfois relâchés.

Que l’un d’entre eux soit interpelé, qu’il soit condamné à une dizaine d’années d’internement. Cela fera réflêchir tous les autres incendiaires.

En attendant, c’est toujours la Montagne des Sources qui fait l’objet d’un protection de la Sécurité civile. Le massif est le véritable « château d’eau » de l’agglomération, c’est à dire de près des deux tiers de la population calédonienne. Le Plan Orsec a été déclenché, 3 hélicoptères ont été mobilisés pour protéger la réserve naturelle. Tout cela financé par les contribuables que nous sommes.

Les soldats du feu ont apparemment réussi à sauver l’essentiel. Une maison a brûlé, 5 autres ont été protégées.

C’est également le dock de l’association caritative Saint Vincent de Paul, à Doniambo, qui a été incendié. Il contenait notamment des jouets pour les enfants de familles démunies. La société Locabox et la Croix Rouge ont spontanément proposé de « leur faire de la place ».

Ces incendies comme ces incendiaires méritent la qualification de criminels.

Côté politique, le Parti Travailliste était en congrès ce week end. Sans surprise, Louis Kotra Uregei a été reconduit à la présidence. On se souvient qu’il avait récemment abandonné son mandat de conseiller provincial et du congrès.

Lors du référendum de 2018, le Parti Travailliste avait prôné la non-participation. Ses relations avec le FLNKS s’étaient tendues, le parti de LKU estimant que la démarche indépendantiste s’orientait vers l’abandon d’un espoir d’accession à l’indépendance kanak et socialiste.

Un thème repris au cours du week end. Mais les congressistes se sont donnés un temps de réflexion pour décider une participation ou non au scrutin du 6 septembre 2020.

Grosse opération de sensibilisation à la sécurité en mer déclenchée par les autorités ce week end. Les plaisanciers de Nouméa, de Thio, de Koumac et de Lifou ont été abordés par navires du gouvernement, de la province sud, de la gendarmerie maritime, de la sécurité civile et de la SNSM. Information et distribution de guides de sécurité, tout le moinde a apprécié la démarche.