MONDIAL DE RUGBY : LES SPRINGBOKS BATTENT LES ANGLAIS

Le Point – « L’Afrique du Sud est sur le toit du monde ! Au terme d’une finale de Coupe du monde dominée par les Springboks (32-12), la Rainbow Nation fête le troisième titre mondial de son histoire (après 1995 et 2007), grâce aux coups de pied d’Handré Pollard et à des essais signés Makazole Mapimpi (67′) et Cheslin Kolbe (74′). Étonnants lors de leur victoire historique en demi-finale face aux All Blacks (19-7), les Anglais se sont révélés méconnaissables dans cette finale et n’ont pu empêcher les Springboks de soulever le prestigieux trophée Webb Ellis.

Cliquer sur le lien ci-dessous pour revoir en video le parcours des Springbocks

https://www.tf1.fr/tf1/coupe-du-monde-rugby/videos/afrique-du-sud-le-parcours-des-springboks-en-video-62718290.html

« LE RÉSUMÉ. Un duel de buteurs
C’est un choc qui s’annonçait dantesque entre deux équipes ultra-physiques, ce samedi 2 novembre au stade Yokohama (Japon). Une finale au parfum de revanche pour des Anglais défaits en 2007 face à des Springboks qui soulevaient alors leur deuxième titre mondial au Stade de France. Côté compositions, le XV de la Rose avait choisi la continuité pour cette finale en alignant la même équipe que lors de la demie. Chez les Springboks, Cheslin Kolbe signait son retour dans le XV de départ sud-africain pour dynamiser la ligne de trois-quarts.

« D’entrée de jeu, ce sont les Sud-Africains qui imposent le rythme de cette rencontre. Les hommes de Rassie Erasmus manquent d’ailleurs l’occasion de débloquer les compteurs dès les premiers instants puisque Handré Pollard rate sa première pénalité du match, non loin de la ligne médiane (2′). Puis le premier coup dur de cette rencontre frappe les Anglais. Kyle Sinckler est contraint de sortir à la suite d’un contact violent avec Makazole Mapimpi (3′). Il est évacué et remplacé par Dan Cole

« Subissant la pression des Springboks, le XV de la Rose finit par concéder ses premiers points. Cette fois-ci, Handré Pollard ne tremble pas. À quelques mètres des poteaux plein axe, le buteur sud-africain ajuste son tir et ouvre le score 3-0, 9′). Un moindre mal pour les Boks qui dominent. En face, les Anglais n’y sont pas du tout. Pourtant, le XV de la Rose finit par progresser et obtient une pénalité. D’un coup de pied assuré, Owen Farrell répond aux Boks (3-3, 23′) et remet les deux équipes à égalité. Mais c’était compter sans les efforts du pack sud-africain et le talent d’Handré Pollard qui redonne l’avantage aux siens quelques minutes plus tard (6-3, 26′). Preuve de l’intensité de cette finale de Coupe du monde, deux nouveaux joueurs sont contraints de céder leur place, cette fois-ci côté Springboks : Bongi Mbonambi et Lodewyk « Lood » de Jager blessés sont remplacés par Franco Mostert et Malcolm Marx côté Springboks (22′). Comme attendu, il y a beaucoup de casse dans ce début de rencontre.

« Dominés, les Anglais mettent une grosse pression sur le bloc des Boks. Ils sont d’ailleurs tout proches d’inscrire le premier essai de cette finale, mais obtiennent finalement une pénalité transformée par Owen Farrell (6-6, 35′). Mais, indisciplinés, les Anglais concèdent deux nouvelles pénalités juste avant la pause (39′, 41′). Handré Pollard prend ses responsabilités et les transforme pour offrir un avantage non négligeable de six points. C’est un véritable duel de buteurs que nous proposent les trente acteurs de cette rencontre.

« Dès le retour des vestiaires, les Anglais prennent un nouveau coup sur la tête. À plus de cinquante mètres des poteaux, Handré Pollard réussit une nouvelle pénalité et offre alors neuf points d’avance aux Springboks (15-6, 46′). Quelques minutes plus tard, Owen Farrell, sur la ligne des 40, remet son équipe dans le coup en transformant une pénalité (51′). La course-poursuite est lancée et les Anglais sont dans un temps fort (15-9, 51′). Le duel de buteur se poursuit, tantôt Pollard (18-9, 57′), tantôt Farrell (18-12, 59′).

« Toutefois, les Sud-Africains vont finir par porter le coup de grâce. Après plus d’une heure de jeu, les hommes de Johan Erasmus signent le premier essai de cette finale. Après un coup de pied de Mapimpi, l’ailier hérite du ballon sur une transmission d’Am et vient aplatir le ballon dans l’en-but anglais (23-12, 67′). Sans surprise, Pollard transforme (25-12, 68′).

« Sous l’eau, les Anglais finissent par craquer et par encaisser un nouvel essai. Contre toute attente, Kolbe, l’arrière Springboks, hérite du ballon sur l’aile droite, avant d’éliminer Farrell et d’aplatir (30-12). Quel essai ! Là encore, Pollard transforme (32-12, 76′) et assure la victoire aux siens.

« L’Afrique du Sud est donc sacrée championne du monde pour la troisième fois de son histoire et succède ainsi aux Néo-Zélandais, après avoir fait déjouer les Anglais pendant 80 minutes. Auteur d’une rencontre maîtrisée de bout en bout, Duane Vermeulen est sacré meilleur joueur de la finale. » LE POINT