UN MAGNIFIQUE TOUR AIR FRANCE 2019 ENLEVÉ PAR JULIAN LINO ET ACTB

Julian Lino, vainqueur du Tour 2019, a été également le « coup de coeur » du Comité

Le Tour Air France 2019 est terminé, Vive le Tour 2020. Edition magnifique de la plus grande épreuve au monde de course amateurs par étape, seule épreuve à afficher une « montée de mine de nickel », plus grande manifestation de cohésion sociale de Nouvelle-Calédonie, le Tour cycliste de Nouvelle-Calédonie a tenu toutes ses promesses

UN NIVEAU RELEVÉ – Comme à chaque édition, le Tour Air France 2019 était d’un niveau très relevé. Les coureurs métropolitains et italiens comptent parmi les meilleurs amateurs de leurs pays respectifs. Le Tour se court à 45, 50 ou 60 km/h, avec les descentes à 80 km/h ! Ces moyennes ne sont pas très éloignées de celles du Tour de France. D’ailleurs, plusieurs coureurs, à l’issue du Tour de Nouvelle-Calédonie, sont devenus professionnels. Ainsi, planent encore les souvenirs de Fignon et de Duclos-Lassalle.

9 ÉTAPES DIFFICILES – Toutes les étapes ont eu leur lot de difficulté. Certaines ont marqué plus que les autres, bien sûr. On peut citer Koné-Gomen avec la terrible montée du col de Tali Uhlo sur la future transversale Gomen-Hienghène, Ouégoa-Koumac-Ouegoa qui a vu l’abandon du courageux coureur d’Ouvéa Sekete Athale, Touho-Houailou avec l’ascension de la mine du Cap Bocage, ou encore l’étape du Mont Dore où les coureurs sont passés par La Madeleine et Prony.

UN FINAL INCERTAIN – Jusqu’à la huitième étape, le maillot jaune est passé sur plusieurs épaules de champion. Florian Barket, le Calédonien de Bourail, l’a revêtu chez lui, à Bourail. Séquence émotion avec sa famille et sa Grand-Maman. On le croyait solidement arrimé sur les épaules de Jonathan Couanon de Shell/CMO La Foa. On imaginait que les Italiens, de Casa Italia/Pontoni, qui nous ont offert un véritable feu d’artifice, allaient emporter la victoire. Finalement, ce n’est qu’au cours de la longue et difficile 8e étape, l’avant dernière, que tout s’est joué.

ACTB ET LINO DE MAIN DE MAÎTRE – L’entreprise de Boulouparis (Génie Civil et Bâtiment), dirigée par Christophe Dauthieux, le fils du fondateur, a construit un staff pour la gagne. Olivier Dalverny, directeur sportif, Jérémie Leclercq connaissent parfaitement l’épreuve pour y avoir participé et l’avoir suivie. Toute la course s’est patiemment construite pour parvenir, dans les meilleurs conditions, à l’étape décisive du Mont Dore. Julian Lino, fils de Pascal Lino, ancien de la grande boucle calédonienne, et surtout ancien porteur du maillot jaune du Tour de France pendant 10 étapes -excusez du peu !-, était le plus fort. D’excellents équipiers, dont Leo Danes, vainqueur en 2017, un esprit solidaire et combatif « de famille », et une stratégie chirurgicale. Résultat : à cette étape ultime, Julian Lino s’est emparé du maillot jaune, et virtuellement, du Tour 2019 au Mont Dore. Chapeau les artistes.