MAIRIE DE BOULOUPARIS : LE CHAMPION VA PASSER LA MAIN

Il a d’abord été connu pour ses exceptionnelles performances sportives : Alain Lazare, avant d’être le maire estimé de Boulouparis, a été un très grand champion. Sa discipline : une des plus difficiles, l’épreuve reine venant de l’antiquité, clôturant les Jeux Olympiques, le marathon.

Fin des années 70. Le Calédonien s’entraîne avec une rigueur et une constance d’autant plus remarquables qu’il le fait pratiquement en solo. A force de persévérance, et faisant preuve d’un talent hors du commun, il accumule les médailles aux Jeux du Pacifique, et devient champion de France en 1983 et 1986.

Points d’orgue de cette prestigieuse carrière, il participe aux Jeux Olympiques en équipe de France par deux fois, en 1984 à Los Angeles et en 1988 à Séoul. Il ne terminera pas cette dernière épreuve, mais sera médaillé de bronze à la Coupe du monde de marathon.

En 1984, à Tokyo, il inscrit son nom aux tablettes des records de France, un record aujourd’hui détenu par Benoît Zwierzchiewski.

C’est ce sportif hors norme qui prendra les rênes de la commune de Boulouparis en 1995, après en avoir été le Secrétaire général. Il a marqué de son empreinte de nombreuses réalisations communales comme la traversée du village, requalifiée et paysagée, la création du centre culturel à l’architecture originale, la réfection du wharf de Tomo ou encore le jumelage de la commune avec celle de Biloela dans le Queensland.

En 1997, avec son équipe, il crée la Fête du Cerf et de la Crevette devenue, près de l’hippodrome, un rendez-vous incontournable de la brousse calédonienne.

Quatre ans plus tard, il devient membre du gouvernement, puis occupera, en 2011, la fonction de 1er Vice-président de la province Sud, également Conseiller au Congrès depuis 2009.

Alain Lazare a désigné son dauphin qui n’est autre que son fidèle premier adjoint, Jérôme Siret, exploitant agricole, investi dans les associations sportives et les activités rurales.

Le maire-ancien champion de marathon va passer la main en 2020, après 4 mandats de premier magistrat de la commune. Un marathon électif conduit, comme sur les parcours de sport, avec beaucoup de panache.