CROISSANCE DE 2 À 3% EN 2019, CE FAMEUX RAPPORT « SYNDEX » …

Les écrits restent. Ainsi, avec quelques mois de recul, les résultats de l’exécution de l’exercice 2019 du budget de la Nouvelle-Calédonie prennent tout leur relief à la lumière du rapport sur les « orientations budgétaires » 2019 à 2021. Un rapport tablant sur une croissance 2 fois supérieure à celle de la métropole. De quoi faire blêmir Bercy ! Rappel.

DES PRÉVISIONS TRÈS OPTIMISTES DE SYNDEX
Toutes les prévisions budgétaires pour 2019, et notamment, bien sûr, les recettes, ont été basées un rapport produit par un cabinet de plus en plus connu sur le territoire : Syndex. Ce cabinet a accompagné plusieurs réflexions économiques, notamment celle commandé par l’Usoenc sur le nickel en 2015 …

Cette fois, c’est à dire en 2018, c’est le Conseil … du Dialogue Social, qui commande à Syndex un rapport sur « la conjoncture générale de la Nouvelle-Calédonie ». Le Conseil du Dialogue étant financé par les contribuables calédoniens, le gouvernement se saisit de ce document en octobre dernier, et en particulier, relève les prévisions de croissance.

LE COMITÉ D’EXPERT LOCAUX « AMÉDÉE » PLUS RÉSERVÉ
Rien à voir avec les prévisions du Comité Amédée, constitué par des responsables publics et privés locaux de l’économie calédonienne, plutôt pessimiste sur les perspectives 2019 avec … 0,2% de croissance. Le rapport Syndex, lui, table sur une croissance de 2018 et 2019 « qui devrait s’établir respectivement à +2% et +3%« , note le rapport du gouvernement calédonien. Un optimisme remarquable.

A titre de comparaison, la métropole a poussé un cocorico avec une croissance de 1,7% du PIB en 2018. C’est dire qu’avec 3%, la Calédonie faisait figure d’exemple …

DES INSCRIPTIONS BUDGÉTAIRES EN CONSÉQUENCE
Les conséquences de cette prévision ont été, évidemment, les inscriptions budgétaires.

Certes, les recettes fiscales 2018 semblaient baissaient. Mais le rapport a expliqué :  » L’exercice de comparaison de la croissance de la valeur ajoutée à celle des recettes fiscales conforte l’idée selon laquelle la baisse des recettes fiscales trouve davantage son explication dans l’évolution de la politique fiscale que dans le ralentissement de la croissance économique du pays ».

4,3% DE HAUSSE DU BUDGET DE RÉPARTITION
Pourtant, grâce à la croissance annoncé par Syndex,  » En 2019, les effets de l’impact des mesures fiscales sur le rendement des principaux impôts se poursuivent, mais les estimations d’évolution de l’assiette du budget de répartition tablent sur une croissance de + 4,3% ». Pas moins. De quoi inscrire des recettes … et des dépenses.

Ainsi, prévoit le rapport gouvernemental :

« Cette hausse de +4,3% du budget de répartition se traduit, pour la collectivité Nouvelle-

Calédonie, par une hausse de +7,3% de ses recettes fiscales, grâce à une diminution de l’effet cliquet (la NC comblerait un peu moins la perte de recettes des communes depuis 2016).

Sur la base de ces prévisions de recettes:

– les provinces percevraient une dotation en hausse de +4,3% par rapport au BP 2018 ;*

– la dotation de fonctionnement des communes resterait stable, le mécanisme de l’effet cliquet étant toujours de mise (le niveau de l’assiette fiscale 2019 serait toujours inférieur au niveau de 2016, année de référence pour le calcul de l’effet cliquet) ;

– en revanche, l’enveloppe du FIP équipement au profit des communes serait en hausse de +4,3%, autorisant le financement de 36 MF de projets supplémentaires.« 

Et pour illustrer cet optimisme, les prévisions avaient été inscrites dans un beau tableau :