AGRESSION À BEAUTEMPS-BEAUPRÉ : 8 PERSONNES AUDITIONNÉES SOUS LE RÉGIME DE GARDE À VUE

Le Procureur de la République a annoncé hier que « huit personnes ayant participé aux faits sur les onze identifiées à ce jour » ont été entendues sous le régime de la garde à vue. Cette avancée, dans l’enquête en cours, a été menée par les enquêteurs de la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Nouméa.

TROIS AUTRES PERSONNES DEVRAIENT ÊTRE ENTENDUES
Le communiqué indique que « les intéressés ont reconnu leur participation, avoir utilisé lors de l’agression deux fusils dont l’un a été saisi par les gendarmes et avoir exercé pour certains d’entre eux, des violences à l’encontre de deux des victimes dont le skipper». Trois autres personnes ont également été mises en cause et «  devraient être également désormais très vite entendus par les enquêteurs ».

RESTITUTION DES OBJETS VOLÉS
Par ailleurs, « les démarches entreprises permettent d’envisager dans un bref délai la restitution des objets volés et la saisie du second fusil utilisé lors des faits ».

DÉTERMINATION TRANQUILLE
Reste que cette affaire est très délicate. Les faits se sont déroulés à Ouvéa qui demeure une zone extrêmement sensible, bien que les événements tragiques qui s’y sont passés remontent à plus de 30 ans. Après la plainte déposée par les victimes de violence, des groupes, puis les autorités coutumières se sont mobilisés pour tenter de justifier cette violence.

En tout état de cause, Ouvéa est un territoire où les lois de la République doivent s’appliquer, une détermination tranquille dont font preuve la Justice et la gendarmerie.

FAUT-IL UNE « PAUSE » TOURISTIQUE ?
En arrière plan, cependant, et en dehors des faits qui se sont déroulés à Beautemps-Beaupré, plusieurs témoignages démontrent qu’Ouvéa demeure une île en tensions latentes pour ce qui est de l’activité touristique de séjour.

Il est naturel que les touristes circulent, et cette circulation  peut, parfois, être ressentie comme une intrusion, car tout ne peut être expliqué,  ni réglementé. Dans ce domaine, l’adhésion, et parfois la bienveillance de la population, est nécessaire. L’île doit y être préparée, et les visiteurs, parfaitement informés. Dans cette perspective, une pause, dans le développement touristique, ne s’y impose-t-elle pas ?