ACHATS DE VOIX PRÉSUMÉS À PAÏTA : LOURDES PEINES

En première instance, dans l’affaire des achats présumés de voix, la Justice a condamné l’ancien maire de Paita à une peine de 2 ans de prison dont 1 an avec sursis, 5 ans d’inéligibilité et une amende. Son premier adjoint, l’actuel maire, écope d’une peine de prison avec sursis, de 3 ans d’inéligibilité et d’une amende.

Les deux personnalités vont faire appel de ce jugement, un appel qui est suspensif des peines prononcées. Elles conservent le bénéfice de la présomption d’innocence.

Concernant la mairie de Paita, l’actuel maire pourra se présenter aux élections municipales de mars prochain, l’appel en cours étant suspensif.

Dans cette affaire de soupçons d’achats de voix, le tribunal s’est fondé sur son intime conviction en allant au delà des réquisitions. Il demeure que les preuves matérielles sont fragiles et que les déclarations des accusateurs sont parfois contradictoires. La défense a notamment souligné que l’existence « d’enveloppes » n’a jamais pu être démontrée.