RISQUE REQUIN : ENFIN DES DÉCISIONS EFFICACES !

L’horrible drame de la marina de Nouméa, puis l’attaque mortelle d’un pêcheur à Belep ont provoqué un début de psychose au sein de la population. A Nouméa et à Dumbéa, plusieurs requins bouledogue ont été aperçus, ce qui a provoqué la fermeture de baignades. Question : et si demain, une attaque mortelle se produisait au bord des plages de la baie des Citrons ou de l’Anse Vata ? La présidente de la province Sud et la maire de Nouméa n’ont guère hésité. En adoptant des mesures radicales et vigoureuses, elles veulent, sans tarder, rassurer la population. Protection.

NEUTRALISATION ET APPEL AU CIVISME
Faut-il laisser progressivement se laisser envahir par des prédateurs et se barricader contre leurs attaques, ou faut-il rétablir un équilibre en protégeant les êtres humains ? Sonia Backes et Sonia Lagarde ont répondu. Les prédateurs les plus dangereux seront neutralisés, et les plaisanciers sont appelés à faire preuve de civisme.

DES MESURES CLAIRES
En clair, 20 requins bouledogue, identifiés comme sédentaires, c’est à dire fréquentant régulièrement les rades et les plages de Nouméa, seront saisis et euthanasiés. Les propriétaires de bateaux en situation de mouillage sauvage à la baie des Citrons sont priés de quitter les lieux. Enfin, il en coûtera 90 000 francs d’amende aux usagers de la mer qui jetteront de la nourriture dans des zones de mouillage.

Bien entendu, et comme il fallait s’y attendre, une pétition contre cette mesure a été lancée par des internautes.

PROTÉGER D’ABORD LES VIES HUMAINES
Mais la protection des vies humaines demeure une priorité, d’autant que les prélèvements décidés seront d’une portée négligeable pour la population de requins présents dans le lagon.

Et puis, Sonia Backes et Sonia Lagarde ont été élues démocratiquement par la population. Pas par des pétitions.