IL SE FAIT « CASSER LA GUEULE » EN PLEIN JOUR À LA VALLÉE PAR DEUX CAPUCHES

Tout va bien pour le « destin commun », la « Charte des Valeurs Calédoniennes » et autres fariboles. Les actes d’incivilité, les cambriolages les insultes, les attitudes menaçantes, les agressions ne font qu’augmenter, ce qui donne pleinement le sentiment de « laisser aller » des autorités nationales et locales. Et celui d’impunité des délinquants.

Accessoirement cette violence est le ferment d’une montée de racisme sans précédent qui devient une des caractéristiques de la Calédonie de 2019.

Hier, en tout cas, en plein jour, alors qu’il se trouvait à l’arrêt bus, un jeune homme est abordé par deux jeunes « capuches » dont il n’est pas utile d’indiquer l’origine. L’un deux lui demande d’abord une cigarette, et devant la réponse négative de son interlocuteur -qui ne fume pas-, il lui demande : « tu veux te battre ? »

Le jeune homme, peu enclin à l’agressivité, décline. Et l’autre se précipite sur lui et le frappe violemment au visage à plusieurs reprises.

Heureusement, non loin de là se trouvent les locaux de la DITTT. Plusieurs personnes sont en réunion, et alertés par le bruit, sortent.

C’est, semble-t-il, un ancien policier qui vient défendre la victime et appelle la police. Grâce à lui, les deux individus ont été interpelés.

Question : vont-ils être remis en liberté, histoire de récidiver avec quelqu’un d’autre ? Et peut être avec une issue plus grave.

Une autre question : comment de tels fait sont-ils sanctionnés en Australie ou en Nouvelle-Zélande ? …