ERAMET MISE SUR LA BATTERIE LITHIUM-ION MAIS CE MARCHÉ SERA RÉVOLUTIONNÉ PAR LA BATTERIE SOLIDE

En détenant un gisement de lithium « de taille exceptionnelle » depuis 2014 en Argentine, Eramet s’est placé dans la tendance porteuse de la voiture électrique. Cette dernière utilise la batterie lithium-ion dans une formule électrodes-liquide électrolyte qui est actuellement la plus performante.

LA COURSE À LA FABRICATION DE BATTERIES POUR VOITURES ÉLECTRIQUES
La production des batteries a largement évolué, ces dernières années. Le Japon, qui en était l’incontestable leader mondial en 2013 avec 70%, a vu ses parts de marché attaquées par la Chine qui s’est haussée en 5 ans de 3% à 26% et par la Corée du Sud (Hyundai) qui investit jusqu’en Europe.

La France s’est lancée dans la compétition à une échelle plus modeste. Trois fabriquants émergent : Saft, récemment rachetée par Total, Blue Solutions du groupe Bolloré, et Forsee Power qui fabrique désormais des batteries pour bus électrique à Poitiers.

Ce marché est en pleine croissance, mais les départements recherche-développement sont en quête de la « pierre philosophale » : la batterie rechargeable en quelques minutes, qui ne chauffe pas, et qui donne au véhicule une autonomie de 800 km, soit pratiquement Nouméa-Koumac et retour !

FISKER : 800 KM D’AUTONOMIE, RECHARGE EN UNE MINUTE, POUR 2021
C’est le danois Fisker, ancien designer d’Aston Martin, créateur de la Fisker Karma l’un des premiers véhicule hybride rechargeable au monde, et plus récemment de la sportive e-Motion, qui a provoqué la sensation en annonçant la mise au point d’une batterie solide répondant à ces critères recherchés : un chargement ultra rapide en 1 minute -et possiblement solaire !- ainsi que 800km d’autonomie. Fisker compte parmi ses actionnaires le géant Caterpillar. Côté Allemagne, BMW s’est lancé dans le défi technologique.

Quant au gouvernement japonais, il ne reste pas inactif. Pour tenter de retrouver sa place de leader mondial, il est venu à la rescousse des principaux groupes nippons investis dans ce domaine industriel. Il a créé une nouvelle unité de recherche (Consortium for Lithium Ion Battery Technology and Evaluation Center) et en collaboration avec notamment Panasonic, Honda, Toyota et Yuasa, veut aboutir à la fabrication d’une batterie solide performante avant 2025.

ERAMET INVESTIT EN ARGENTINE
En attendant, Eramet investit 500 millions d’euros en Argentine pour produire annuellement, à partir de 2021, 24 000 tonnes de carbonate de lithium. Soit 10% des besoins mondiaux pendant plusieurs décennies. Pour Christel Borie, la PDG, ce projet d’exploitation est « au cœur de la stratégie du groupe« .

UNE START-UP CHINOISE ANNONCE LA FABRICATION DE BATTERIES SOLIDES
Pourtant, une start-up chinoise vient de jeter le trouble dans ce marché planétaire : Qing Tao Energy Development Co, startup issue de la prestigieuse Université technique de Tsinghua, a annoncé le déploiement de la toute première ligne de production de batteries solides !

Cette prouesse qui selon son responsable a nécessité l’injection de quelques 20 milliards FCFP, va permettre d’alimenter, pour l’instant, des « équipements high-tech haut de gamme ». Mais Nan Cewen, le patron de la start-up, affirme être en pourparlers avec « un certain nombre de grands constructeurs automobiles ».

G Briault