DÉCÈS DE MICHEL GÉRARD, UNE PAGE DE L’HISTOIRE LOCALE QUI SE TOURNE

DÉCÈS DE MICHEL GÉRARD À 92 ANS
Figure de la vie locale, Michel Gérard avait pris du recul avec l’âge et le temps. C’est au cours des cérémonies du souvenir combattant -il avait été président de l’amicale des anciens combattants d’outre mer- qu’on le voyait le plus souvent, ces dernières années. Ancien de la guerre d’Indochine, de 1947 à 1949, il avait ensuite été journaliste radio à Radio Saigon. De l’Asie, il s’était d’abord rendu à Tahiti pour Radio Tahiti, puis s’était installé à Nouméa.

En 1958, il y avait créé la revue Sud Pacifique, un magazine illustré, premier du genre en Calédonie.

C’est à la direction du journal la France Australe, en 1966, qu’il s’était surtout fait connaître. Seul quotidien jusqu’au début des années 70 où les Nouvelles Calédoniennes virent le jour sous la houlette de Roger Brissaud et de Jean-Paul Leyraud, la France Australe était alors la presse toute puissante, – comme l’était la Société Le Nickel, son propriétaire-, avec comme seul concurrent, le Bulletin du Commerce qui paraissait deux fois par semaine. Michel Gérard dirigea la France Australe de 1966 à 1975, soit jusqu’à 4 ans avant la disparition de ce petit monument de la presse française.

Passionné de yoga qu’il enseignait, Michel Gérard avait été distingué dans l’ordre national de la Légion d’Honneur. Il s’est éteint à l’âge de 92 ans.