LA SÉCURITÉ DEMEURE L’ATTENTE MAJEURE DES CALÉDONIENS

Le grand Plan territorial de sécurité et de prévention de la délinquance (PTSPD) en … 139 actions du gouvernement, annoncé en début d’année dernière, a fait pschitt ! Le plan provincial de prévention de la délinquance n’a guère fait mieux. A défaut de résultats concrets et tangibles, force est de constater qu’il ne s’est agi que d’opérations de communication. Du mieux en 2019 ?

Pour ce qui est du plan territorial approuvé dans l’enthousiasme, salué par la Province nord, pratiquement aucune action novatrice n’a été lancée. De l’action 1 « Créer le Conseil territorial de sécurité et de prévention de la délinquance » jusqu’à la 139, en passant pas la 110 « Offrir des places aux Calédoniens dans les Établissements d’insertion pour l’emploi (EPIDE) métropolitains ou créer un EPIDE sur le territoire« , soit la concrétisation n’a pas été au rendez-vous, soit les Calédoniens n’ont pas vraiment senti les effets salvateurs de la grande annonce.

DES DÉLINQUANTS MINEURS
RELÂCHÉS

L’Etat a mis en place, de son côté, la police de proximité. Une certitude : la Brigade Anti-Criminalité « fait le job ». Elle arrête souvent les délinquants et son action est remarquable d’efficacité. Qui sont relâchés illico lorsqu’ils sont mineurs …

Point à souligner : les communes essaient avec « les moyens du bord ». Les polices municipales de Dumbéa et de Nouméa ont développé des expériences de « voisins vigilants ». Avec des succès prometteurs. Une baisse de 30% de la délinquance dans la portion de Magenta concernée, au bout de quelques mois.

PAS DE CONTRÔLES D’ALCOOLÉMIE 
SYSTÉMATIQUES

Bref, hors les grandes questions politiques, l’insécurité demeure le problème n°1 de la Calédonie. L’insécurité routière atteint des records. Et si la gendarmerie a au moins conduit une vaste action territoriale, la police n’effectue toujours pas de contrôle d’alcoolémie après 22h !

Dans tous les pays du monde, on sait que des contrôles systématiques génèrent la crainte des contrôles. Et provoquent le début de la sagesse. Un exemple : la traversée de Tomo a fait l’objet de contrôles de vitesse systématiques de la part de la gendarmerie. Aujourd’hui, tous les automobilistes traversent cette agglomération à vitesse raisonnable selon le principe de « on ne sait jamais » !

Détail révélateur d’une forme d’incurie des autorités : la réglementation des Nakamals, qui dort depuis 2012 au Congrès, faisait partie de 139 mesures qui devaient changer les choses. Même cette réglementation, pourtant simple, est toujours attendue …

DE NOMBREUX SUJETS
RELÈVENT DES AUTORITÉS LOCALES

Alors qu’espérer en 2019 ?

La sécurité de relève pas que de l’Etat. L’éradication de squats, l’errance des SDF, la video protection, les éclairages publics, les polices municipales, la lutte contre les tags, la lutte contre l’ivresse au volant, la lutte contre les violences faites aux femmes, le traitement de la délinquance des mineurs, autant de sujets entre autres, qui relèvent essentiellement des autorités locales.

Après 20 années de croissance ininterrompue de l’insécurité en Nouvelle-Calédonie, les Calédoniens attendent des résultats concrets.

Ce sera donc l’affaire des dirigeants. Soit les anciens, touchés par la grâce. Soit des nouveaux capables d’apporter du changement dans le domaines prioritaire de la sécurité. Les Calédoniens pourront choisir.