NE PAS CONFONDRE « DESTIN COMMUN » ET « VIVRE ENSEMBLE »

Dans la plupart des commentaires, y compris les plus doctes, la confusion entre « Destin Commun » et « Vivre Ensemble » est patente. Pas étonnant, tant « Destin Commun », « Communauté de Destin » ont été des expressions galvaudées depuis 30 ans.

LARGE MAJORITÉ POUR LA FRANCE OU POUR L’INDÉPENDANCE
Le « destin commun » est un terme qui est apparu avec les Accords de Matignon, et quasi-sacralisé par le préambule de l’Accord de Nouméa. Mais le contenu politique du « destin commun » est qu’une large majorité des Calédoniens choisissent d’inscrire leur futur, soit dans l’indépendance, soit dans la France.

Comment pourrait-il en être autrement, d’ailleurs ? Le destin commun d’un couple qui veut se marier peut-il être de conserver chacun, pour la femme, un amant, et pour l’homme, une maîtresse ?

En revanche, ils pourraient vivre ensemble …

Le « Destin Commun », à la sauce calédonienne, a été refusé le 4 novembre. Pour faire simple, d’un côté, le « peuple kanak » a choisi l’indépendance, et les « non-kanak » ont choisi la France. Fin de la séquence « Destin Commun ».

LE VIVRE ENSEMBLE OBLIGÉ OU ACCEPTÉ
En revanche, le Vivre Ensemble demeure. Obligé, sous forme de coexistence pacifique le plus souvent, il s’impose à celles et ceux qui vivent côte à côte, avec plus ou moins de proximité, chaque journée calédonienne.

Le Vivre Ensemble n’est d’ailleurs pas toujours une contrainte subie. Il peut prendre la forme d’unions mixtes, intégrer des sentiments de respect, d’empathie et même d’affection.

COMBIEN ACCEPTERAIENT DE PERDRE LA NATIONALITÉ FRANÇAISE ?
Mais si demain, la Nouvelle-Calédonie devenait indépendante, et que le Parlement dont c’est la compétence, comme le rappelait récemment le Premier ministre, décidait de refuser la double nationalité pour les « nationaux kanak-calédoniens », combien de non-kanak abandonneraient la nationalité française pour partager un « destin commun » ?