PROVINCE, GOUVERNEMENT, CONGRÈS – RÉFÉRENDUM : L’AUTRE ENJEU

 

Le referendum est d’abord un scrutin démocratique destiné à permettre aux électeurs calédoniens de décider si la Nouvelle-Calédonie doit devenir indépendante ou demeurer au sein de la République française. Mais l’exercice va bien au delà. C’est qu’en effet se profilent déjà les prochaines élections provinciales dans quelques mois. L’autre enjeu, c’est le taux de participation. Explications.

AU BRESIL, LES SONDAGES NE SE SONT PAS TROMPÉS
Les sondages l’ont indiqué au moment où ils ont été effectués : la participation au referendum serait record : 80% ou plus.

Certes, beaucoup de commentateurs ont appelé à la prudence sur le caractère prévisionnel de ces sondages, rappelant les « mésaventures » du Brexit et de l’élection surprise de Donald Trump. Mais ces derniers jours, la victoire de Bolsonaro au Brésil avec 55,13% des voix a rappelé que les sondages n’étaient pas une vue de l’esprit : ils avaient estimé la victoire du nouveau président brésilien à 56% !

UNE PARTICIPATION PLUS FORTE AUX PROVINCIALES ?
Le résultat d’une très forte participation des inscrits au referendum pèserait sur les provinciales. A quelques mois d’intervalles, et pour exprimer leur opinion sur la situation et l’avenir de leur quotidien, les Calédoniens qui auront fait l’effort de se rendre aux urnes récidiveront probablement en mai prochain.

La participation, en 2014, avait approché les 70%. En chiffres absolus, elle devrait, de toute façon, être supérieure en raison du nombre important de nouveaux inscrits. Quant au pourcentage, sa hausse serait une conséquence quasi-mécanique de « l’effet referendum ».

DES CONSÉQUENCES SUR LE RÉSULTAT
Davantage d’inscrits, une participation en hausse, ces deux données sont de nature à provoquer des surprises pour les élections provinciales de 2019.

Dans un contexte d’insatisfaction et d’inquiétude pour l’avenir au quotidien, les électeurs ont généralement tendance à sanctionner le pouvoir en place, et à privilégier le changement.

Il serait, pour l’instant, hasardeux, de se livrer à une analyse fiable sur les changements de gouvernance, aussi bien dans les Provinces sud et nord -le siège de Président de la Province Iles paraissant solidement accroché-, qu’au gouvernement territorial et au Congrès.

Mais une chose est certaine : une très forte participation au referendum augmentera considérablement les probabilités de changements aux élections provinciales de 2019.