LES QUESTIONS QUI SE POSENT À PROPOS DU « MAL DES CANTINES »

 

Le « mal des cantines » cette espèce d’épidémie de malaises qui a atteint des enfants fréquentant les cantines de certaines écoles de Dumbéa et de Nouméa prend l’allure d’un feuilleton aux accents de thriller. Pourtant, après plusieurs semaines pendant lesquelles le fournisseur de plateaux repas Newrest a été mis à mal, plusieurs questions de posent. Mystères.

La première, de bon sens, est : « Si les plateaux repas de Newrest sont infectés, pourquoi les malaises ne touchent-ils que quelques écoles« . Logiquement, cuisines infectées = plateaux repas infectés = mal de cantines généralisé. Ce n’est pas le cas. Pour quelle raison ? Mystère.

La seconde est, également de bon sens, est : « Si les plateaux repas sont infectés, pourquoi les malaises n’affectent-ils que quelques élèves, et pas tous les élèves ? » Les bactéries effectuent-elles une sélection ? Mystère.

La troisième, qui en découle est : »Serait-il envisageable que les autorités soient face à un acte de malveillance » ? Mystère.

Mais ces questions n’ont-elles, en revanche aucun sens ? Ces disparités font peut être partie de la « spécificité » locale ! Difficile à croire …

On attend donc le Sherlock du Sivap ou d’un laboratoire pour répondre à ces interrogations. Et lever « le mystère du mal des cantines ».