L’INTOLÉRANCE DE MADAME ROBINEAU

Plusieurs « premières » ont été offertes aux Calédoniens à l’occasion du renouvellement 2018 du bureau du Congrès.

On a d’abord largement commenté l’élection d’un conseiller non-inscrit au perchoir.

La seconde « première », si l’on peut dire, fut le grand acte d’autorité de Madame Robineau, propulsée présidente de séance par la seule grâce de son âge, et qui d’une magistrale intolérance, « coupa le sifflet » et par là, le micro, au Président sortant.

Cet acte d’intolérance était, il faut le reconnaître, justifié par le caractère intolérable, de la brève déclaration de ce dernier. Pensez-donc : après avoir annoncé le retrait de sa candidature au perchoir pour qu’un loyaliste conserve cette fonction, Thierry Santa avait l’audace de vouloir déclarer, dans le micro,  » Je serai vigilant et je m’opposerai, avec mes collègues, à toute manœuvre destinée à instrumentaliser cette institution au bénéfice d’une politique qui irait à l’encontre de l’intérêt général « .

Des propos inacceptables pour Madame la doyenne. Déclarer s’opposer à une instrumentalisation du Congrès …