YANNO REMPLACÉ PAR BRIAL AU MPC, mais tout n’est pas joué pour l’ancien député

La pièce semblait écrite depuis plusieurs jours et l’avenir de Gael Yanno scellé à la tête du mouvement qu’il avait créée après avoir provoqué une scission au sein du Rassemblement en début 2013. L’ancien député faisait de plus en plus cavalier seul en dépit des orientations officielles de son propre parti, adoptant notamment une ligne proche de Philippe Gomes au fameux G10. Epilogue et suite possible.

ÉLU AU PARLEMENT PUIS BATTU PAR SONIA LAGARDE
Gael Yanno a connu les sommets, et semble plonger vers les déconvenues politiques. Après avoir été préféré à Pierre Maresca aux législatives de 2007 avec le soutien de Pierre Frogier, il était devenu député de la République.

Au sein du Conseil municipal de Nouméa, alors premier adjoint, il avait, sur la fin de son mandat, provoqué une scission de la majorité municipale pour évincer le maire d’alors, Jean Lèques.

Aux législatives de 2012, il avait été battu par Sonia Lagarde, probablement victime de la cabale montée contre « les deux drapeaux ».

MPC, UCF ET EXPLOSION
Très amer après cette défaite, il avait milité au Rassemblement pour l’éviction de Pierre Frogier alors que ce dernier l’avait désigné premier Vice Président du mouvement et porte-parole. Début 2013, la rupture était consommée avec la création du Mouvement Populaire Calédonien, dont il avait pris la tête.

Dans la perspective des communales, il avait opéré un regroupement, notamment avec le RPC d’Isabelle Lafleur. Cependant, aux élections municipales de 2014, il avait subi un nouvel échec cuisant, battu à nouveau par … Sonia Lagarde.

Pour les provinciales qui ont suivi, le parti s’est étoffé avec la création de l’UCF dont la liste, menée par Sonia Backès, a réalisé un score légèrement inférieur à celui du regroupement Rassemblement/Didier Leroux/Harold Martin/Pascal Vittori.

Depuis l’UCF a explosé, et le MPC s’est retrouvé seul. Les Républicains Calédoniens sont passés par là, entraînant avec eux les autres composantes de l’UCF ainsi que les anciens partenaires du Rassemblement à l’exception de Tous Calédoniens.

PRÉSIDENCE DE L’OPT ET G10
Dans ce paysage politique compliqué, où la « plate-forme », interlude politique, lui a permis de glaner la présidence de l’OPT, Gael Yanno a joué une carte assimilée à une proximité de Philippe Gomès, demeurant, contre l’avis de son parti, au G10, puis au groupe « Sur le chemin de l’avenir ».

REBOND À LA PRÉSIDENCE DU CONGRÈS ?
Aujourd’hui, il a rejoint le clan des présidents de mouvements politiques écartés de leur fonction, mais demeure au sein du parti.

Le dernier acte se jouera peut être pour l’élection du Président du Congrès le 30 juillet prochain où, selon toute vraisemblance, il fera acte de candidature et sera soutenu par Calédonie Ensemble.

Dans un parcours où les hauts succèdent aux bas, et inversement, cet ultime rebondissement devrait lui permettre de retrouver une fonction importante à la présidence du Congrès. Et le cas échéant, de faire cavalier seul aux prochaines élections provinciales …