« G10 » À PARIS : C’EST PAS LA FRANCE QUI PAIE … MAIS LE CONTRIBUABLE CALÉDONIEN !

Quelle est ce bizarre penchant à se réunir à Paris à tout bout de champ ? Passe encore pour des occasions exceptionnelles nécessitant l’intervention des plus hautes personnalités de l’Etat, comme le Comité des Signataires. Mais que le G10, G7 ou peut être G8 y installe ses quartiers, ce n’est guère justifié. Surtout dans une période où les restrictions budgétaires ont provoqué des baisses d’interventions publique parfois dommageables, et au moment où l’on parle de faillite des régimes sociaux. Raisons et coûts.

Pour quelles raisons, cette instance créée il y a quelques semaines -Sur le chemin de l’avenir-, prenant la suite d’une autre instance créée il y a quelques mois par le Premier ministre, devrait-elle se réunir toutes affaires cessantes à Paris ?

Pour maintenir le dialogue ? Vaste foutaise ! Les Calédoniens se sont mis à dialoguer il y a exactement 30 ans, par la voix de Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur. Depuis, ce dialogue n’a jamais été rompu et se poursuit, avec des hauts et des bas. Et comment pourrait-il en être autrement, alors que toute la vie de la Nouvelle-Calédonie, au gouvernement, au Congrès, dans les assemblées, dans les communes, dans les établissements publics, sur les terrains de sport, est un dialogue quotidien et permanent ? Seul, quelques politiques intentionnés pourraient feindre de ne pas s’en apercevoir …

Alors, parler de la Charte des Valeurs ? Il n’est guère besoin de se déplacer à Paris pour constater que tous les Calédoniens sont attachés à la liberté, à la justice sociale, au respect des différences. Bref, que tous les Calédoniens sont attachés … aux valeurs de la République. Quant aux particularismes locaux, le gel électoral en est un, qui défie provisoirement les Droits de l’Homme, et dont il serait bon de parler. Mais il n’entre pas dans cette fameuse charte …

S’il s’agit du bilan, le travail a déjà été fait, à la fois par un travail d’experts mandaté il y a 5 ans, et par les experts désignés par l’Etat qui ont déjà travaillé sur tous les thèmes qui agitent le G10, puis le groupe « Sur les chemins de l’Avenir ».

Au total chacun le sait. Il ne sert à rien d’organiser cette réunion à Paris, sinon pour avoir quelques onctions … immédiatement contestées dès le retour au caillou.

En revanche, le contribuable commence à s’interroger sur ces déplacements à répétition -en dehors de ceux des élus nationaux pris en charge par le Parlement- qui sont autant de voyages en classe business, au prix du marché c’est à dire coûteux, auxquels s’ajoutent les frais de déplacement. Dépenses publiques conséquentes, mais en revanche, recettes privées pour ce qui concerne les miles-primes de fidélité …

Vilain canard