BOURAIL : ÉLECTIONS MUNICIPALES SUR FOND DE PROVINCIALES

L’élection municipale de Bourail fait rage. Entre Patrick Robelin qui estime que les finances de la commune sont au plus mal, et Nadir Bouffenèche qui déclare s’appuyer sur des documents pour affirmer que la trésorerie municipale est positive de plusieurs centaines de millions, les électeurs vont devoir juger sur plusieurs critères. Avec en toile de fond, les élections provinciales.

DES RÉALISATIONS ATTENDUES
Le premier de ces critères sera évidemment la situation de la commune. Le reproche essentiel formulé par les opposants à l’ancienne maire concerne, hors la situation financière, le niveau de réalisation des travaux promis pendant la dernière campagne électorale. Chacun évoque le restaurant de Téné, l’aménagement de la traversée du village, le lotissement de la colline aux oiseaux ou encore l’assainissement de Poé.

L’AFFAIRE DE LA ROCHE PERCÉE
Le second qui circule dans les réunions et les foyers bouraillais, c’est la fameuse affaire des constructions illégales de la Roche Percée. L’argument avait été développé par la maire sortante qui voit dans toute cette affaire une tentative d’étouffer les procédures de remise en cause de ces constructions.

L’IRRUPTION DES PARTIS POLITIQUES
Et puis, au dela de ce scrutin local, les provinciales prochaines font irruption avec les soutiens annoncés de plusieurs partis politiques.

Calédonie Ensemble soutient la liste Robelin. Mais cette liste qui se veut apolitique et comprend des candidats de l’ensemble des grandes tendances territoriales, a recueilli également le soutien des Républicains Calédoniens. En clair, en cas de victoire de leurs favoris, les deux partis politiques pourront modestement en revendiquer une partie …

Quant à la liste menée par Nadir Bouffenèche, également composée de candidats d’opinions politiques différentes, elle n’a  – peut être par prudence- recueilli, pour l’instant, aucun soutien « territorial ». Certes, personne, à Bourail, n’ignore la sympathie de la tête de liste pour le Rassemblement, mais le seul soutien aujourd’hui manifesté est celui de la maire sortante, Brigitte El Arbi. Son « apolitisme » demeure ainsi intact.

LES PROVINCIALES EN PERSPECTIVE
Deux choses sont sûres. D’abord, les nouveaux élus devront faire sortir de terre rapidement les projets promis. A défaut, toute élection à venir peut être le motif d’une sanction. Ensuite, incontestablement, et comme  dans toute commune, élus municipaux et moyens de la ville pourront peser, à la fois sur la satisfaction des administrés et sur leur opinion. Les prochaines provinciales devraient se dérouler dans un an exactement …