PENTECÔTE : LA FRANCE, NATION CHRÉTIENNE

Quelle équivoque, et les hommes politiques qui se drapent dans le laïcisme ne peuvent nier cette réalité : la France est une nation chrétienne. Elle fête aujourd’hui la Pentecôte. Célébration religieuse dans un calendrier républicain.

LA NAISSANCE DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE
La Pentecôte est une fête chrétienne qui célèbre la venue du Saint-Esprit, cinquante jours après Pâques, sur les apôtres de Jésus-Christ, sur Marie, la mère de Jésus, et sur les autres personnes présentes avec eux.

Ainsi se réalise la promesse faite par le Christ aux apôtres au moment de son ascension, une dizaine de jours plus tôt : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ». C’est la naissance de l’Eglise.

JOURS FÉRIÉS CIVILS ET RELIGIEUX
Parmi les jours fériés que compte la France, figure  le lundi de Pentecôte. La Pâques, l’Assomption et Noël sont également inscrites dans le calendrier festif républicain.

Ces célébrations relèvent toutes des événements majeurs de l’Eglise Catholique. Quoi de plus normal, d’ailleurs, pour un pays qui demeure « la fille aînée de l’Eglise romaine » ?

Cette expression est dérivée de « fils aîné de l’Église« , attribut utilisé pour désigner les rois de France successeurs de Clovis. Son pendant féminisé est apparu au XIXe siècle, lorsque les papes en place ont fait appel aux différents régimes pour préserver leurs intérêts temporels. L’expression est pour la première fois employée par le père Henri-Dominique Lacordaire le 14 février 1841 pour évoquer le lien unissant le roi de France en exil Louis XIX et l’Église catholique.

UNE DÉCISION PRISE PAR LES POLITIQUES
Le calendrier des jours fériés est une décision qui relève de l’Exécutif. En Nouvelle-Calédonie, c’est ainsi le gouvernement qui fixera les jours fériés 2019 peu avant la fin de cette année.

Localement, et contrairement aux débats idéologiques de métropole, avec celui, excessif et ridicule, des crêches de Noêl dans les mairies, le caractère majoritairement chrétien de la société calédonienne est admis. D’autres religions existent pourtant, avec la présence de musulmans, de juifs, de bouddhistes notamment. Mais aucun mouvement ne conteste les célébrations liées à la chrétienté au long de l’année. Et c’est heureux.