LE CENTRE SLN DE KOUAOUA POURRAIT FERMER – LA « SERPENTINE » À NOUVEAU INCENDIÉE

Image d’archives

Le Maire de Kouaoua est en colère. Lundi soir, un nouvel incendie criminel a eu pour cible le grand tapis roulant de la mine SLN de Kouaoua. C’est le quatrième acte du genre, le dernier étant encore tout récent. Menace de fermeture.

Cette fois, les criminels s’en sont pris à la partie du tapis qui chemine dans la plaine, sur 60 mètre environ.

La fermeture du site est à l’ordre du jour.

La dernière réparation a coûté 110 millions à la société. Une société qui, rappelons le, fonctionne grâce à un emprunt de plusieurs dizaines de millions, et qui n’est pas encore sortie de ses difficultés financières.

Pour Alcide Ponga, maire de la commune, cette fermeture serait un coup mortel à la région de Kouaoua, mais affecterait également les zones de Canala et de Houailou. Ce sont entre 250 et 350 emplois qui sont en jeu.

Cette activité irrigue en effet toute l’économie régionale grâce à ses effets indirects et induits.

Selon toute vraisemblance, les auteurs des faits sont des habitants de la région. A l’évidence, ils bénéficient d’une « omerta » de la part de la population, du moins de celle qui connait les criminels.

La suite de l’exploitation, et donc l’avenir de Kouaoua est entre leurs mains. Le risque est en effet que la SLN souhaitera des garanties de sécurité pour ses équipements avant de relancer son activité, pourtant nécessaire à l’alimentation des fours de Doniambo.

Cette incidence éventuelle, sur le fonctionnement de l’usine et le plan performance, n’est pas encore connue.