REFERENDUM : LE RASSEMBLEMENT-LR PROPOSE « UNE QUESTION CLAIRE »

Au cours du Comité Directeur tenu hier soir par le Rassemblement-LR,  c’est évidemment le referendum qui a été au coeur des discussions. Pierre Frogier a confirmé le refus des termes de l’exposé des motifs qui figurait dans la délibération fixant au 4 novembre le scrutin d’autodétermination.

LE RÉSULTAT LE PLUS SIGNIFICATIF POSSIBLE EN FAVEUR DE LA FRANCE
Après avoir regretté que depuis 2010, sa proposition de préparer une solution commune n’ait trouvé aucun écho, et notamment de la part de l’Etat, il a indiqué que son mouvement devait à présent se soumettre à un inévitable referendum « binaire ». Dans cette perspective, il a demandé à ses responsables d’entamer une campagne, sur le terrain, pour que le résultat du referendum soit le plus significatif possible en faveur de la France, et que se pose alors la question de la pertinence des deux autres consultations prévues.

INDÉPENDANCE OU MAINTIEN DANS LA FRANCE
Quant à la question, c’est le Président du Congrès, Thierry Santa, qui en a fait la proposition au comité directeur du Rassemblement-LR. Le principe, pour que l’interrogation et les réponses soit claires, c’est que la question comme les réponses exposent explicitement les enjeux : indépendance d’une part, maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France d’autre part.

Le Rassemblement-LR considère en effet que le terme de « souveraineté pleine et entière » soit interprétée et comprise de manière ambigue. C’est donc l’indépendance ou le maintien dans la France qui seront les termes défendus au prochain comité des Signataires, avec un réponse possible sans ambiguité, du type : soit « Je veux que la Nouvelle-Calédonie accède à l’indépendance », soit « Je veux que la Nouvelle-Calédonie reste dans la France ».