REFERENDUM : 4 NOVEMBRE – L’EXPOSÉ DES MOTIFS FAIT POLÉMIQUE

C’est finalement par 38 voix contre 14 que la délibération fixant la date du scrutin d’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie au 4 novembre prochain a été adoptée. Originalité du vote : tous les élus sont d’accord sur la date, mais les loyalistes sont divisés sur l’exposé des motifs. Polémique

Ce n’est pas une surprise, puisque le texte en question avait déjà provoqué l’explosion de la structure de concertation créée par le Premier ministre il y a quelques semaines, le fameux G10.

ACCORD SUR LA DATE, DÉSACCORD SUR L’EXPOSÉ DES MOTIFS
Le Congrès était donc saisi d’une proposition de délibération signée par l’Union Calédonienne-Front de Libération Kanak et Socialiste, l’Union Nationale pour l’Indépendance, groupe du Parti de Libération Kanak, et par Calédonie Ensemble. Au coeur de la contestation menée par les autres partis loyalistes, le Rassemblement pour la Calédonie dans la République, les Républicains Calédoniens et le Mouvement Populaire Calédonien, l’orientation de l’exposé des motifs selon eux, « sans rapport avec la date du referendum », « déséquilibré en faveur de la période sombre de la décolonisation », voire « obsolète et décalé ».

NATIONALISTES ET LOYALISTES
Pendant le débat, la défense de l’exposé des motifs et sa contestation ont opposé les 6 partis. Pour les uns, il s’agit simplement de replacer le referendum dans son contexte, et dans celui de l’Accord de Nouméa. Impossible, dans ces conditions, de passer sous silence le passé de la Nouvelle-Calédonie et ses portions d’histoire douloureuse.

Pour les autres, le texte est « passéiste » et ne projette pas sur l’avenir, alors que depuis la signature des Accords, la Calédonie s’est décolonisée. Sur le terrain purement politique, une accusation a fusé : il s’agit d’une fracture entre « nationalistes » et « loyalistes ».

Accessoirement, la « plate-forme », justement créée pour que les loyalistes ne parlent que d’une seule voix dans la perspective du referendum, s’est divisée en deux camps.

L’essentiel, pourtant, demeure : tout le monde est d’accord sur la date. Et personne, pour l’instant, n’a décidé de « boycotter » le fameux scrutin …