LE FRANÇAIS DE CHEZ NOUS : AUJOURD’HUI « LE GADIN »

NouméaPost reprend  la chronique de Gaby Briault sur RRB, « le français de chez nous », sur les mots particuliers utilisés dans la langue française telle qu’elle est parlée en Nouvelle-Calédonie : aujourd’hui, « gadin».

Le mot « gadin » existe dans le français standard familier. Ramasser ou prendre un gadin signifie dans le langage commun familier le fait de tomber par terre, de se casser la figure. Il a alors pour synonyme « gamelle ».

En Nouvelle-Calédonie, il en va autrement.

Certes, ici aussi, si on se casse la figure, on dit qu’on s’est pris un gadin. Mais si vous entendez qu’un chasseur s’est fait un gadin à la 270, cela ne veut surtout pas dire qu’il est tombé au km 270 !

Gadin, dans ce cas, signifie « cerf », un bon cerf rusa male ou femelle, adulte, qui peut courir et bondir vite sur ses 4 pattes. Quant à la 270, il s’agit du calibre d’un fusil de chasse très prisé localement.

En langage très familier, on dira « j’ai pété un gadin à 450 mètres, il sortait d’une grosse touffe de gaiacs ». Traduction : « Avec mon fusil, j’ai tiré sur un cerf qui sortait d’un gros bosquet composé de gaiacs et qui se trouvait à 450 mètres ».

Et si le chasseur n’indique pas la suite, c’est qu’il a mortellement touché le gibier. La suite, c’est le dépouillage, mais c’est aussi une autre histoire.

En tout cas, si vous avez du cerf à table, bon appétit !