EPIDÉMIE DE DENGUE : TOUJOURS PAS DE MESURES CONTRE LES MOUSTIQUES ?

Nouméa, Yaté, Dumbéa, Poidimié et Lifou ont pour l’instant été touchés par l’épidémie de dengue qui a été déclarée. Plus de 150 cas ont été diagnostiqués, la majorité de serotype 2 dont la Calédonie a été épargnée pendant 20 ans. Conséquence : la population n’est plus du tout immunisée contre ce sérotype.

Cette épidémie sera-t-elle plus importante que celle de l’année dernière ? On peut le craindre, d’autant que la fin d’une longue période sèche et les grosses pluies récentes favorisent la formation de gîtes larvaires.

A nouveau les autorités sanitaires appellent à la vigilance citoyenne pour la destruction de ces gîtes, et l’utilisation de répulsifs. Des opérations de destruction des larves seront certainement menées. Ce ne sera probablement pas suffisant.

L’an dernier, 11 personnes sont décédées des conséquences de la dengue, des malades de tous âges et pour certains, sans antécédents médicaux.

Va-t-on assister cette année à la même absence de mesures de destruction des moustiques porteurs de virus ?

Les faits ont montré que vider les boîtes remplies d’eau, les pots de fleur, et s’enduire de répulsif n’était pas suffisant. Pourtant, à aucun moment, ces conditions exceptionnelles n’ont déclenché l’usage du produit tueur de moustique.

Résultat : 11 morts.