NOUVEAU BAC EN 2021 : POUR LES ÉLÈVES ENTRANT EN 3ÈME CETTE ANNÉE

Pierre Mathiot

Sauf bouleversement des choix de la Calédonie, les élèves calédoniens qui intègrent cette année les classes de 3ème dans les différents lycées seront soumis, en 2021, à des épreuves totalement nouvelles pour l’obtention de leur baccalauréat. Evolutions.

L’affaire est en gestation depuis la formation du gouvernement d’Edouard Philippe, et surtout de la nomination de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Education Nationale : la modernisation du sacro-saint baccalauréat. C’est un universitaire, Pierre Mathiot, qui a été chargé de remettre un rapport sur le sujet, ce qu’il a récemment fait. Les conclusions sont détonantes. « C’est le nouveau lycée en train d’être dessiné« , écrit Marie Piquemal dans Libé. Il s’agit, notamment, de la plus grande révolution appliquée au diplôme de fin de secondaire. C’est à présent le ministre qui devra trancher. Il présentera sa réforme lors du Conseil des ministres du 14 février prochain.

La réforme proposée touche le nombre d’épreuves : 4 au lieu des 10 à 15 actuelles, le reste faisant l’objet d’un contrôle continu. Il s’agira de deux matières imposées : la philosophie, « reflet de la grande tradition française« , et du Grand Oral, une épreuve destinée à rendre plus performants les élèves français dans la prise de parole et la maîtrise orale des sujets.

Les deux autres épreuves porteront sur les matières « majeures » choisies par les élèves.

Quant au Bac de français, en classe de 1ère, il est maintenu.

SUPPRESSION DES SÉRIES S, ES, L ET TECHNO
C’est, au delà des épreuves, une véritable révolution des lycées qui se dessine. Il serait ainsi mis fin aux séries S, ES, L et technologiques. Les enseignements seraient découpés en 3 unités : un tronc commun, une unité « d’accompagnement », avec un travail en petit groupe préparant notamment le Grand Oral, et enfin une unité dite « d’approfondissement et de compléments ». Cette unité serait composée de deux disciplines composant une « majeure », et de deux mineures. Pour éviter les erreurs initiales de choix, les élèves auraient la possibilité de modifier leur majeure et leurs mineures en cours de scolarité.

AUTONOMIE ET OFFRES DIFFÉRENCIÉES DES LYCÉES
« Pour répondre à ce défi organisationnel, le lycée doit selon nous, bénéficier d’une large autonomie de fonctionnement » écrit Pierre Mathiot. En ce sens , il propose qu’au delà des 15 à 17 majeures identiques, le tronc commun, chaque lycée présente une offre complémentaire pour « être plus attractifs aux yeux des élèves et coller aux réalités économiques locales« .

NOUVEAU RYTHME SEMESTRIEL
Le rapport propose également de « dépasser l’heure de cours » et même « le groupe de classe ». Les élèves pourraient être regroupés en deux catégories de classes : les majeures scientifiques, et les majeures non scientifiques.

Enfin, s’agissant du temps scolaire de métropole, il préconise de passer à un « rythme semestriel » : septembre-janvier, février-juin.

PLUS DE PORTABLES
« Ce qui est certain, c’est que l’ossature est de quatre épreuves et le reste en contrôle continu« , a déjà précisé le ministre de l’Education Nationale.

Concernant le Grand Oral, « il s’agit de s’exprimer dans un bon français avec des arguments« , une compétence « largement insuffisante dans notre pays« , a-t-il déclaré.

Enfin, confirmation du ministre : dès la prochaine rentrée, « on n’utilisera pas son portable en classe, ni dans la cour, ni dans l’établissement en général« .