BUDGET 2018 : ACTE 2 DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE PROVINCIALE DE 2019

Si le référendum se passe entre « loyalistes » et indépendantistes, les élections provinciales de 2019, elles, se joueront au sein de chacun des deux camps. Entre l’UC et le Palika dans le nord et aux Iles, entre les loyalistes dans le sud. Elles se poursuivront ensuite au Congrès. Les lignes de clivage entre loyalistes étaient apparues nettement lors du débat d’orientation budgétaire. Cette fois, c’est sur le vote du budget que les futurs candidats vont s’affronter.

OPT : UN PRÉLÈVEMENT CONTESTÉ
Premier point dur public : la ponction de 4 milliards dans le fonds de roulement de l’OPT. Cette fois, ce sont les employés de l’Office qui sont dans la rue, devant le Congrès, pour protester contre cette ponction jugée déraisonnable. En jeu, le vote des différents partis : les indépendantistes, probablement d’accord, Calédonie Ensemble, qui porte l’initiative, et … ses partenaires de la plate-forme qui se sont abstenus en conseil d’administration, le Président Gael Yanno en tête.

L’Office, c’est beaucoup de personnel … et autant d’électeurs. En toile de fond, la méthode de gouvernance du « pays ».

DES OPTIONS COMPTABLES ET DES CHOIX POLITIQUES
D’autres points délicats feront l’objet d’un vote scruté à la loupe. Il en va ainsi des recettes attendues de la taxe sur les alcools censée rapporter entre 4 et 6,5 milliards. Il sera question également de l’application de la TGC à taux plein et des recettes attendues, ou encore de la réduction des interventions de la Nouvelle-Calédonie.

Satisfaction, en revanche, du côté des communes et des provinces pour lesquelles l’exercice budgétaire sera difficile mais « moins pire » grâce aux dotations de la Calédonie.

Le budget a été un exercice difficile pour le gouvernement. Il le sera autant pour les élus du Congrès avec, au delà des options comptables, les choix politiques.