TRANSPORT : UNE STARTUP CALÉDONIENNE REMARQUÉE PAR BPI FRANCE – Une technologie similaire à « Uber » mais ouverte aux taxis

Ce sont deux jeunes calédoniens. Alexandre Richard et Benoît Briault ont mis toutes leurs économies pour créer une « plate-forme » similaire à Uber, vous permettant de commander un transport en sachant dans combien de temps votre véhicule sera là, l’identité du chauffeur, la position de la voiture, et le prix de la course.  Lorsque l’embarquement est possible, vous recevez un message, c’est parti !

Énorme différence avec Uber, en lutte avec les taxis dans toutes les grandes métropoles, PickMe -c’est le nom de l’entreprise calédonienne et de son application- est ouverte … gratuitement aux taxis. Une originalité qui leur a valu les encouragements à se développer Outre-mer, après la Calédonie.

SANS SUBVENTION NI CONCOURS BANCAIRE
Il y a quelques semaines, les deux jeunes promoteurs, ont eu la bonne idée de participer à un concours organisé par l’incubateur et l’accélérateur de Startup d’Adecal. Alors que l’activité de PickMe se développait doucement avec les hôtels, les restaurants et les night club grâce à une « box », un site internet www.pickme.nc et un numéro -510110-, le soutien d’Adecal leur a permis d’intégrer un bureau et de bénéficier de quelques moyens matériels. Une assistance appréciable pour cette entreprise lancée sans subvention ni concours bancaire …

ENCOURAGEMENTS DE BPI France ET CRÉATION D’UN PREMIER EMPLOI
Lors de la présentation de l’entreprise au jury, le représentant Outre-mer de la Banque Publique d’Investissement a remarqué PickMe. Tout en proposant le soutien de BPI France, une marque de reconnaissance encourageante, il a invité les créateurs de la startup à envisager un développement « off shore » une fois l’implantation calédonienne réussie.

En progression constante, la startup locale vient de créer son premier emploi en recrutant une jeune diplômée de l’EGC. « Nous sommes fiers de cela et également d’apporter un plus à la Calédonie au travers de cette technologie du 21e siècle« , déclarent-ils.

Quant à leur application, les deux créateurs espèrent qu’elle sera disponible dans quelques semaines sur les kiosques et téléchargeables dans les smartphones dès le moyen de paiement finalisé. « Notre appli de géolocalisation fonctionne déjà depuis plusieurs mois. Il nous reste celle de paiement qui permettra au client d’être prélevé sur son compte de manière sécurisée, sans avoir besoin d’espèces, de chèque ou de carte de crédit« .

« YOU PICOLE, CALL PICKME ! »
Autre facette citoyenne de la jeune entreprise : PickMe a signé une convention avec la Prévention Routière au terme de laquelle l’entreprise reversera une partie de ses bénéfices. C’est qu’en effet, offrir un service pratique et moderne, notamment le soir, c’est permettre à chacun d’aller « faire la fête » sans prendre de risque avec sa propre voiture. « You picole, call PickMe ». Un slogan potache, mais qui résume bien un aspect préventif de la startup.