ACTU – L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE MISE EN PLACE PAR LE CONGRÈS – Mise de l’usine du Sud sous cocon : « Hors de question » pour Philippe Gomes – Une brigade canine pour la Police municipale de Nouméa – Un Centre Médical sur l’ancien terrain du Tivoli

L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE FORMÉE PAR LE CONGRÈS qui à la majorité, a adopté sa composition :
– Présidente : Aurélie Zoude-Le Berre (38 ans), administratrice à l’Assemblée nationale, agrégée d’économie et de gestion, avocate, Rapporteur Permanent au Conseil de la Concurrence de 2002 à 2007. Signe particulier : elle a effectué un stage au Haut Commissariat de février à mai 2012.
– Rapporteur générale :Virginie Cramesnil de Laleu, actuelle vice-présidente du tribunal d’instance du 13 ème arrondissement de Paris, ancienne magistrate, ancienne professeure d’Université, rapporteur à l’Autorité de la Concurrence, avocate, ancienne collaboratrice au cabinet d’avocat de Georges Kiejman.
– Membres non permanents :Matthieu Buchberger, maître de conférence en droit, Jean-Michel Stoltz, magistrat à la Cour d’Appel de Nouméa et Robert Simpson, expert international en matière d’autorité de la concurrence.

L’Autorité de la Concurrence calédonienne entrera en service à la mi-février 2018

UNE BRIGADE CANINE AU SEIN DE LA POLICE MUNICIPALE créée par décision du Conseil Municipal mardi soir. Le recours des chiens dans plusieurs situations délicates a largement prouvé son efficacité.

CENTRE MEDICAL SUR L’ANCIEN TERRAIN DU TIVOLI – Les travaux débuteront courant 2018 et le nouveau centre devrait, en priorité, recevoir les futurs patients de la Clinique de l’Ile Nou pour les examens préliminaires.

MISE ÉVENTUELLE SOUS COCON DE L’USINE DE SUD : « HORS DE QUESTION POUR PHILIPPE GOMES » qui écrit, dans un communiqué,  » … si le président de VALE ne le sait pas, il conviendra de lui rappeler : la fermeture de cet outil industriel ne peut être une variable d’ajustement des profits des actionnaires. Des engagements ont été pris. Ils devront être respectés. Fabio SCHVARTSMAN n’écrit pas sur une page blanche.
« Il appartiendra à la Nouvelle-Calédonie, à la province Sud et à l’Etat de s’opposer par tous les moyens à toute tentative de « mise sous cocon » de cet outil industriel dans l’intérêt des calédoniens qui en vivent, et dans l’intérêt du pays.«