INSULTES, PRESSIONS POUR « 100 BALLES », L’INSÉCURITÉ AUGMENTE AU QUOTIDIEN

Lundi après midi. Dans un cabinet dentaire de Nouméa, un patient arrive dans la salle d’attente, accompagné de son épouse. Le visage tuméfié. Le matin, alors qu’il faisait son jogging, il a tout simplement été aggressé sur la promenade Pierre Vernier par 2 individus, dont nous tairons l’ethnie. Ils lui ont « cassé la gueule ». Sans raison particulière.

Jeudi midi, un homme traverse la Place des Cocotiers. Il est aux alentours de 13 heures.

Trois jeunes -dont nous tairons l’ethnie- sont allongés, visiblement quelque peu éméchés. Ils interpellent le quidam.

– « Hé, t’as pas une pièce pour nous ?
Pas de réponse.
– « Espècr d’enc …, pédé, tête de p… »

Une journée comme une autre, quoi.

Jeudi soir, dans une grosse station service du Centre-ville. Un conducteur se range à une pompe pour faire le plein. Deux individus -dont nous tairons l’ethnie- s’approchent.
– Hé m’sieur, vous avez une pièce ?
Pas de réponse de l’homme qui se dirige vers la caisse.

Sur le pas de la porte, un vigile. Qui avertit l’intéressé « qu’ils » vont l’attendre. Mais qui n’intervient pas.

Au retour du conducteur, les deux hommes le pressent, limite menaçants. Il monte dans son véhicule, bloque les portes et part rapidement.

Tous les jours, en tous lieux, ces faits se renouvellent et ont tendance à s’accroître. Au marché, à proximité de magasins, à proximité de boulangeries, dans la rue. Les SDF, les jeunes voyous ont tellement le sentiment d’impunité …

Incivilités, pressions pour obtenir de l’argent, insultes, comportements racistes, poubelles renversées, salissures en tout genre, il n’y a pas que l’économie et les régimes sociaux qui se dégradent en Nouvelle-Calédonie.