TOURISME : LA CALÉDONIE DESTINATION PRÉFÉRÉE DES MOUSTIQUES

C’est la revue « Tourist Mosquitoes Destinations » qui l’écrit dans son édition de juillet : la Nouvelle-Calédonie est devenue la destination préférée des moustiques. La raison de ce succès : un réseau de gîtes unique au monde mais surtout, des conditions d’accueil qui se sont considérablement améliorées ces dernières années. Record.

Le récent marché des anophèles bancroftii et des aedes scutellaris l’a mis en exergue : le trafic des visiteurs en provenance de la planète moustique s’est enrichi de deux nouveaux segments de clientèle. Après les porteurs de dengue, de chikoune-bougna et de zika, c’est celui du paludisme qui découvre les atouts de notre destination.

Pour le public averti, cette progression n’est pas surprenante. Mais le vulgum pecus se pose légitimement la question : « Nom d’un Moakem, kècekinoutrouvedemieuquelezotes ? »

Pour Jade Orpiquet, femelle anophèle transmetteuse potentielle de paludisme –souvent appelé malaria-, rédactrice en chef de « Tourist Mosquitoes Destinations », la motivation de vacances est évidente. « L’hébergement en gîtes est de très bonne qualité, et surtout, l’accueil est de réputation planétaire. Pour un touriste, en effet, la sécurité est une garantie essentielle tant les menaces qui pèsent sur le monde se sont accrues ces dernières années. Or, la Nouvelle-Calédonie, de ce point de vue, c’est top ».

Reste pour les autorités à gérer ce succès. C’est qu’en effet, les Tour Opérateurs spécialisés dans les marchés des moustiques porteurs de fièvre jaune ou encore de fièvre du Nil occidental s’intéressent fortement à la destination.

Pour ces touristes d’un genre nouveau, en tout cas, le slogan « L’île la plus proche du Paradis » n’est pas un vain mot. Un slogan qui fait mal dans un marché extrêmement concurrentiel, et particulièrement chez nos voisins. Piqués au vif.

Marthe