TANT PIS, NOS ENFANTS PAIERONT …

tant-pisPreuve que la Nouvelle-Calédonie est bien française, elle prend économiquement le chemin de la métropole. Le dernier livre de François Lenglet est à ce point édifiant. Il s’intitule : « Tant pis, nos enfants paieront ». Il paieront la casse accomplie par les « Diafoirus » de l’économie, dans l’héxagone comme en Nouvelle-Calédonie. Démonstration.

Pour la métropole, il y a d’abord les chiffres qui tuent, rappelés dans un article du Point, et dont on se relève difficilement :
– la création des emplois dans le secteur privé : 7% en Allemangne entre 2000 et 2016, et … 0% en France !
– l’augmentation des coûts salariaux : 34% en Allemagne pour la même période, et … 53% en France !

Dans notre territoire, depuis un an, près de 1500 emplois ont été détruits dans le secteur privé (mais 250 environ ouverts dans le secteur public !). Quant à l’augmentation des couts salariaux depuis 15 ans, il n’est qu’à voir l’engouement pour la fonction publique de toute personne à la recherche d’un emploi.

Alors, rétorqueront certains, la grande différence entre la nation et une collectivité comme la Nouvelle-Calédonie, c’est que la nation souffre d’un endettement abyssal, alors que la Calédonie est tenue d’équilibrer ses budgets, sous peine de rejet par la Chambre des Comptes.

Sauf que les élus locaux ont trouvé un moyen de détourner cette saine obligation : l’adoption de régimes sociaux et économiques qui, mécaniquement, généreront la faillite budgétaire … dans le futur.

Car c’est inexorablement dans cette direction que s’oriente le territoire sous la férule d’une majorité sourde aux exigences élémentaires de l’économie : la croissance de l’investissement privé, la croissance des entreprises, la participation adéquate des personnels à cette croissance.

Dès 2017, les budgets publics seront face à des décision déchirantes … reportées pour cause de législative. Face à celà, les créations d’emplois dans le secteur privé seront négatives, l’investissement privé va se tarir, et cerise sur le gâteau pour accélérer la spirale infernale, les emplois publics vont augmenter. Quant au déséquilibre des régimes sociaux et de santé, il sera fatal à un système promu depuis 20 ans.

Mais tout le monde gagnera un peu de temps. Tant pis, nos enfants paieront.