TRANSFERT DE MAGENTA VERS TONTOUTA, NOUVEL AVION, GARANTIE DE TRANSPORT POUR LES TOURISTES : LES CONDITIONS DU DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ILES

Tontouta

La Fête du Miel et du Santal a mis en relief d’importants obstacles au développement touristique de Lifou, alors que la croisière se porte bien. En particulier, les aléas de la desserte aérienne ou l’insuffisance des capacités de transport posent une vraie question : comment libérer des places d’avion tout au long de l’année, et comment assurer aux clients les meilleurs garanties de partir … ou de revenir. Enjeux.

C’est actuellement la saison des mariages à Lifou. Une pratique qui consiste à privilégier ces mois de l’année pour les cérémonies lourdes, importantes et mettant en œuvre la participation coutumière de nombreux acteurs –de Lifou comme de la Grande Terre-que sont les unions des couples. Résultat : pour une fête qui compte comme celle du Miel et du Santal, les clients potentiels venant de la Grande Terre n’ont pas tous pu trouver des places dans les avions d’Aircal.

GREVES, MAUVAIS TEMPS OU BLOCAGES
Mais en supplément de cette difficulté, des nuages trop bas ont bloqué tous les clients dans les hôtels et les gîtes pendant plusieurs jours en fin de semaine dernière !

Certains touristes, en raison de ce blocage, ont raté leur vol retour vers l’Australie ou ailleurs. Peu de chance qu’ils fassent une bonne publicité pour une destination censée être proche du Paradis.

En réalité, si de nombreux Calédoniens et les visiteurs métropolitains choisissent de se rendre aux Loyauté, japonais et australiens ont « levé le pied », échaudés par les complications –et les plaintes auprès des Tour Opérateurs- survenues dans cette relation avec les Iles.

Dans le Wet, les efforts de développement sont orientés vers l’accueil des croisiéristes, une manne qui ne fait que croître, et qui ne présente aucune incertitude de transport. Un pari gagnant.

En revanche, pour les hôtels qui représentent des investissements lourds, un coefficient de remplissage suffisant est nécessaire à la rentabilité des établissements, ce qui suppose, lapalissade, la fréquentation de nombreux clients.

Or les incertitudes qui pèsent sur l’acheminement de ces clients, grèves de tous ordres, aléas aériens, insuffisance de capacités, sont de nature à dissuader la clientèle internationale de venir, ou les grossistes, de prescrire cette destination.

TONTOUTA, NOUVEL AVION ET GARANTIE DE TRANSPORT
En 2013, l’Aviation Civile a produit une note sur le transfert des installations de Magenta vers Toutouta, doté des équipements requis pour assurer le trafic par tout temps. En janvier 2014, le Congrès s’est saisi d’un Schéma des Transports dans lequel figure le prolongement de « l’autoroute » jusqu’à Tontouta, condition incontournable du transfert.

Certes, la desserte maritime est un maillon important de la relation transport entre la Grande Terre et les Iles. Les responsables provinciaux y réfléchissent et étudient un équipement mieux adapté et plus réaliste que le NGV.

Mais la desserte aérienne, pour le tourisme, est essentielle. Aussi, lorsque le management d’Aircal parviendra à un accord social garantissant la « sanctuarisation » de l’acheminement des touristes, lorsque la plate-forme portuaire de Tontouta apportera toutes les garanties techniques et de sécurité aux vols Aircal, et quand la compagnie locale sera dotée d’un avion supplémentaire, alors il sera possible de parler sérieusement de développement touristique aux Iles Loyauté. Probablement pas avant.