PAS D’ACCORD AVEC UNE RENTRÉE AU 1er MARS, LE CONGRÈS DES JEUNES FAVORABLE AU CALENDRIER ACTUEL

Congres des Jeunes

Réunis comme leurs aînés dans l’hémicycle Boulevard Vauban, les jeunes lycéens de toute la Calédonie, Grande Terre et Iles Loyauté, ont traité avec sérieux d’importants sujets de société dans 4 commissions. Des prises de position exposées avec beaucoup de réflexion, une Présidente d’une étonnante maturité : la réunion de samedi dernier des « Conseillers de la Jeunesse Calédonienne » a été un succès pour ce « Congrès des Jeunes » créé par Gael Yanno et poursuivi par Thierry Santa.

UNE JEUNE PRESIDENTE ETUDIANTE EN INFORMATIQUE

Paule Lepeu, Présidente du Congrès des Jeunes et étudiante en informatique
Paule Lepeu, Présidente du Congrès des Jeunes et étudiante en informatique

Ils étaient venus de partout, des enseignements publics comme privés. Grâce à une organisation impeccable menée par le Cabinet du Président du Congrès et le Secrétariat général de l’Institution, les Conseillers de la Jeunesse Calédonienne ont entamé leur travaux à l’heure prévue samedi matin.

La Présidente, Paule Lepeu, étudiante en BTS informatique au Lycée du Grand Nouméa, et dont l’objectif est de devenir ingénieure en informatique, a assuré la présidence avec une assurance, une autorité et un humour qui pourraient en inspirer plus d’un. Thierry Santa, à ses côtés, accompagné d’Hélène Iékawé, lui a laissé la conduite des opérations après un mot d’accueil pour tous les lycéens dont certains étaient venus de loin.

Le gros de la journée a été consacré aux travaux en commission. Au programme, des sujets graves comme la violence ou l’avenir de la société calédonienne.

MAINTENIR L’ACTUEL CALENDRIER DE RENTRÉE

Deux prises de positions méritent particulièrement d’être relevées.

La première concerne la Santé. Les jeunes conseillers souhaitent que pour faciliter les démarches des patients, une carte informatique construite sur la modèle de la « carte Vitale » soit créée pour tous les Calédoniens, et actualisée à partir de la naissance. Accessible notamment aux personnels médicaux et aux pharmacies, elle faciliterait les formalités administratives de chacun.

La seconde est plus surprenante. Interrogés sur la pertinence de fixer au 1er mars la rentrée scolaire, les jeunes lycéens se sont préoccupés d’abord de la nécessité pour la population scolaire d’étudier la totalité du programme prévu pour chaque niveau.

Constatant que pour respecter cette exigence, reculer la rentrée conduirait … à reculer la sortie, c’est à dire à la fixer en période également chaude, mais sûrement proche des fêtes ou pire, pendant les fêtes de fin d’année, les jeunes conseillers ont estimé que le calendrier actuel convenait mieux.

Ils ont donc voté majoritairement pour son maintien.