2018 SORTIE DES ACCORDS : Rien ne se fera « dans le dos des Calédoniens » Le Congrès assurera la transparence

 

Santa Ponga 2

Thierry Santa, le Président du Congrès, a pris une initiative qui fera date. En annonçant, -avec l’accord d’Alain Christnacht, « chef d’orchestre » du groupe chargé de coordonner la réflexion sur les « convergences » en vue de la préparation de la sortie de l’Accord de Nouméa-, que les « experts » rencontreront régulièrement le public dans le cadre d’échanges organisés par le Congrès, il répond au souci de transparence des Calédoniens.

Il faut dire que celui qui brigue un renouvellement de mandat au « perchoir » de la première assemblée du territoire fait partie d’une génération d’élus du Rassemblement traumatisés par les campagnes violentes contre « les deux drapeaux ».

Celles-ci étaient en effet fondées sur le thème : « on prépare quelque chose de pas catholique dans le dos de Calédoniens ! » Les détracteurs les plus féroces n’hésitaient pas à suggérer « un abandon de la Calédonie française » et rien de moins qu’une trahison par un parti dont l’intitulé est pourtant « Rassemblement pour la Calédonie dans la France ».

Depuis, les critiques se sont faites plutôt silencieuses. Ainsi, la députée-Maire de Nouméa, adversaire confirmée de l’Accord de Nouméa et des « deux drapeaux », s’est bien gardée de faire descendre l’emblème de l’identité kanak. Une fois élue.

Et la Calédonie n’a pas été abandonnée …

Alors cette fois, sur la fameuse sortie de 2018, la transparence sera plus que jamais de rigueur.

Récemment, l’UCF par la voix de Gael Yanno et de Philippe Blaise, a ressorti l’antienne des discussions cachées qui se feraient « dans le dos des Calédoniens ».

Pour le coup, avec la proposition de Thierry Santa,  chacun pourra poser les questions au cours de ces échanges publics, savoir où en sont les débats tenus dans l’enceinte du Haut-Commissariat, et recevoir les éclairages, éventuellement sémantiques, de la part de ceux qui seront au cœur de l’information sans y être des élus engagés.

C’est, en tout cas, ce qu’a annoncé le Président de l’Institution. Alain Christnacht, Yves Dassonville ou encore Benoît Lombrière seront bientôt devant le public, aux étapes régulières des discussions entre les parties politiques représentés au Congrès et l’Etat.

La rumeur, amplifiée par des réseaux sociaux très actifs, est un des grands sports pratiqués ici comme ailleurs, d’ailleurs. Cette transparence est donc la bienvenue et de bonne augure pour une échéance qui, plus que toutes les autres, requiert la plus grande sérénité. Et peut alimenter toutes les rumeurs …