NOUVELLES CONTESTATIONS DE MARTINE CORNAILLE : ELLE MET LE FEU AUX POUDRES AU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL

Le Conseil Economique, Social et Environnemental
Le Conseil Economique, Social et Environnemental

Les choses n’ont guère traîné après les sorties de Martine Cornaille lors de l’installation du Conseil Economique, Social et Environnemental et l’élection du Président Daniel Cornaille et du bureau !

Interpellant le Président Daniel Cornaille dans une lettre violente qui nourrit 4 points de contestations diffusée au CESE, aux Présidents d’institutions, et au Haut Commissaire, la Présidente d’EPLP s’en prend à toutes les procédures utilisées par le CESE, qu’elle qualifie de … « pseudo environnemental« .

Irritée par la demande du CESE de faire connaître par retour ses questionnements après la première séance plénière, la dame indique qu’elle s’exécute « de fort mauvaise grâce » et rappelle, pour ce qui concerne la demande « par retour », « je pensais être seule à gérer mon agenda …« 

En résumé, Martine Cornaille conteste le fait que les textes réglementaires aient été communiqués en séance et non avec la convocation, les conditions de présentation des candidatures et de dépôt de ces candidatures, d’expression des candidats avant l’élection, ainsi que l’absence de possibilité d’exprimer l’abstention lors des votes.

«  Nous vous prions aussi de justifier (si vous le pouvez !), poursuit la toute nouvelle élue, ce que vous nous indiquez dans votre autre message consacré à l’élection des commissions : « il n’y aura pas de procuration autorisée pour cette séance plénière » en se référant à l’élection des commissions.

« S’agissant de « consignes » entendues ici ou là, poursuit-elle, concernant le nombre maximal de commissions auxquelles les conseillers peuvent prétendre participer (il serait de 3 ?), je vous renvoie à l’article 14 chapitre 3 de la délibération n°04.CES/2010 qui ne mentionne qu’une obligation pour les conseillers, celle de participer à au moins une commission. Imposer une limitation n’est donc pas réglementaire. »

Rappelant qu’elle participe « bénévolement » au CESE -elle semble ignorer que des indemnités sont prévues pour les élus, et également pour les présences en commission -, elle rappelle que le Conseil n’est pas la seule instance à laquelle elle participe, et qu’elle siège … bénévolement à l’Oeil dont elle doit présider l’assemblée générale le 28 avril.

Pour conclure cet aimable échange institutionnello-familial, elle prie le CESE de ne plus envoyer de courriel à EPLP mais à sa messagerie personnelle.

Ce déchaînement se produit seulement à l’issue de la première séance du CESE. On a du mal à imaginer ce qui va suivre pour le reste de la mandature.

En tout cas : 2ème épisode peut être demain, si la Présidente d’EPLP délègue sa présidence d’assemblée générale de l’Oeil. Une séance, dans ce cas, à ne pas manquer.