CONFLIT DES ROULEURS : QUELLE ISSUE POUR GOA ?

Curieuse Calédonie. A certains moments, l’opinion se déchaîne pour dénoncer telle ingérence du politique dans l’économie. Ou pour fustiger une trop grande politisation de tel ou tel conflit. Cette fois, les rouleurs, en conflit avec le gouvernement, ont sollicité une médiation … du Président de l’Union Calédonienne. Derrière l’arbre, la forêt.

L’UNION CALEDONIENNE EN PHASE AVEC SON PRESIDENT ?th-3
Daniel Goa avait fait acte d’autorité pour engager l’Union Calédonienne en faveur de l’élection de Philippe Germain à la Présidence du gouvernement. Pourtant, tous les élus gouvernementaux n’étaient pas présents pour le scrutin. On se souvient même de déclarations pour le moins ombrageuses du Secrétaire général du mouvement.

Puis tout était apparemment rentré dans l’ordre.

Sur le conflit des rouleurs, Daniel Goa s’est montré prudent. Pas de prise de position publique tranchée. Au congrès, lors de l’accueil des représentants de Contrakmine, et avant la sortie de l’hémicycle de Calédonie ensemble pour protester contre cette audition, Rock Wamytan et Caroline Machoro ont adopté une attitude favorable à un règlement du conflit tenant compte de l’intérêt des parties.

Mais la sortie de l’ancien Président de l’UC, Pascal Naouna, cette fois au nom de « l’UC de l’aire Paici » a montré qu’une partie du mouvement ne l’entendait pas de cette oreille. « Nous défendons la doctrine de la Province nord » a-t-il déclaré publiquement. La doctrine de la Province nord étant clairement le refus d’accorder toute autorisation, même temporaire et limitée, vers la Chine. Situation quelque peu confuse.

UN SECTEUR NICKEL AU BORD DE LA FAILLITE, AVEC LA CALEDONIE
« Alors que les hordes de barbares étaient aux portes de Rome, le Sénat délibérait ». Personne ne semble se rendre compte que la Calédonie est au bord de la faillite !

Toutes les usines perdent des milliards, Glencore vient de suspendre la réparation du second four de KNS, on évoque ouvertement d’hypothétiques reprises d’installations métallurgiques par des groupes chinois. Et le gouvernement calédonien met son veto à un marché nouveau d’exportation de minerai non traitable en Calédonie vers la Chine ! Marché qui pourra d’ailleurs être différé compte tenu de la chute des cours de matière première.

La Calédonie est-elle en plein délire ?

Elle encourt, ce que l’on pourrait appeler « le risque grec » …

SAUVER LA FACE MAIS ECHEC POUR L’UNE DES PARTIES
Si Pascal Naouna veut réussir aux yeux des rouleurs, il doit obtenir une autorisation d’exportation vers la Chine quelle que soit la forme et le contenu de cette autorisation. Mais il doit aussi sauver la face du gouvernement.

S’il veut réussir aux yeux des opposants aux exportation vers la Chine, il doit convaincre rouleurs et petits mineurs de renoncer à leur demande. Comment alors leur sauver la face ?

Or, peut-il faire renoncer aux rouleurs leur demande d’exportation vers la Chine ? Pas plus que de demander à Philippe Germain de tourner casaque. Mais en politique, tout n’est pas possible, mais rien n’est impossible.

Il peut en revanche « externaliser » la décision vers une assemblée de sages, genre GTPS, après que le gouvernement ait accepté de s’y soumettre pour l’intérêt général et le retour au calme.

Il peut également trouver une majorité UC-Républicains au gouvernement, qui devra alors s’y soumettre, sauvant ainsi le face du Président qui appliquerait naturellement à une « décision collégiale ».

Mais tout cela semble bien idéal. La sortie de crise, en l’état, sera, en réalité, un mise en échec, ou des rouleurs, ou du gouvernement.