LA NOUVELLE-CALÉDONIE DESTINATION TOURISTIQUE AGRÉÉE PAR LA CHINE

La mesure a été annoncée par l’ambassadeur de Chine en France, son Excellence Monsieur Zhaï Jun. En visite en Nouvelle-Calédonie, il a rencontré Jean-Louis d’Anglebermes, le Vice-président du gouvernement ainsi que Valentine Eurisouké et Bernard Deladrière.

Incontestablement, cette mesure fait partie du redéploiement de la présence chinoise dans le Pacifique, un enjeu du siècle présent, en compétition avec les Etats Unis. L’instauration récente, d’une association d’amitié entre la Nouvelle-Calédonie et la Chine s’inscrivait dans ce vaste mouvement.

D’ores et déjà, à proximité, la Chine est très présente au Vanuatu où son aide économique -et donc son influence-, sans supplanter l’influence australienne, est de plus en plus importante.

Le label DTA, Destination Touristique Agréée, permet aux Tour Opérateurs chinois d’organiser des voyages de groupe vers la destination, et d’obtenir un visa de groupe pour les touristes.

Cet agrément suit celui qui a été délivré pour d’autres collectivités d’Outre-mer ouvertes au tourisme, La Réunion et la Polynésie française.

Depuis plusieurs années, de nombreux espoirs sont fondés sur l’ouverture du marché chinois à notre destination. Reste à présent à valider la capacité du territoire à accueillir cette clientèle particulière, et notamment à la fois par la pratique de la langue, indispensable, la connaissance des attentes de cette clientèle, ainsi que sa compatibilité avec les clientèles déjà en place, japonaises et anlo-saxonnes.

 

2018 : MANUEL VALLS AU COEUR DE L’AVENIR INSTITUTIONNEL À L’ASSEMBLÉE NATIONALE – Les jeunes de Montravel vainqueurs de « Danse ma Ville » – Ouverture de la Foire du Pacifique – Aide humanitaire au Vanuatu

2018 : MANUEL VALLS AU COEUR DE L’AVENIR INSTITUTIONNEL À L’ASSEMBLÉE NATIONALE
Il l’avait annoncé notamment sur Outre-Mer 360°, l’ancien Premier ministre Manuel Valls s’implique dans la préparation de l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie pour lequel le premier scrutin d’autodétermination se déroulera en 2018.
Il occupera pour cela un poste de choix puisqu’il a été élu Président de la Mission d’Information sur l’Avenir Institutionnel de la Nouvelle-Calédonie dont le renouvellement vient d’avoir lieu.

Il convenait en effet « d’actualiser » cette instance composée de 19 députés à la suite de la formation de l’Assemblée nationale issue du dernier scrutin législatif.
Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains a été nommé Rapporteur de cette Mission. Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France Insoumise en fait également partie, de même, bien entendu, que les deux députés calédoniens, Philippe Gomes et Philippe Dunoyer.
APPROCHE ROCARDIENNE
L’ancien Premier ministre a une approche rocardienne de la situation en Nouvelle-Calédonie et de son évolution. En ce sens, il se situe dans l’esprit des Accords de Matignon : dialoguer avec toutes les parties, recenser l’ensemble des tenants et des aboutissants, rechercher le consensus. Cette « filiation », rappelons le, est partagée à la fois par le Président de la République et par l’actuel Premier ministre, Edouard Philippe, issu des rangs des Républicains.
THIERRY LATASTE ÉTAIT SON DIRECTEUR DE CABINET
Manuel Valls compte se rendre assez rapidement en Nouvelle-Calédonie pour prendre contact avec les différents acteurs. Il participera, c’est sûr, au prochain Comité des Signataires, une structure qu’il connaît bien pour l’avoir présidé à deux reprises.

Enfin, dernier point important que nous avions souligné dans un précédent article : lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, Manuel Valls avait comme Directeur de Cabinet un certain … Thierry Lataste. Nul doute que le Haut-Commissaire jouera un rôle tout aussi central dans les prochains mois, à la fois compte tenu de sa grande connaissance des milieux calédoniens et de leur fonctionnement, et d’autre part en raison de sa proximité avec le nouveau Président de la Mission d’Information de l’Assemblée nationale.

MONTRAVEL REMPORTE LE CONCOURS « DANSE MA VILLE » pour la deuxième année consécutive. Le thème des jeunes de Montravel s’inscrivait dans lutte contre la violence sous toutes ses formes. Un millier de personnes assistait à la finale. Un beau succès pour les maisons de quartier et la Ville.

POLICE DE SÉCURITÉ AU QUOTIDIEN dans l’agglomération, c’est la demande des deux députés calédoniens qui a été faite au gouvernement afin les 4 communes figurent parmi les villes-test.

AIDE AU VANUATU sous la forme de matériel et de personnel pour les réfugiés de l’île d’Ambaé dont le volcan s’est réveillé. Un Casa de l’Armée de l’Air s’est envolé vers l’archipel voisin avec notamment une équipe de reconnaissance et d’évaluation et 3 tonnes de matériel.

OUVERTURE DE LA FOIRE DU PACIFIQUE avec 200 exposants à la Baie de la Moselle.

LA CALÉDONIE DEVANT L’ONU – Inolab, le Salon de l’Innovation et du Numérique a ouvert ses portes – Le Kea Trader ne naviguera plus – 290 pieds de cannabis saisis à Houailou – Le gouvernement lance la lutte contre les virus transmis par les moustiques

LA CALÉDONIE DEVANT L’ONU pour la traditionnelle audition devant la 4e commission, celle de la décolonisation.

3 délégations y sont présentes pour éclairer les membres de l’ONU parmi lesquels des ressortissants de pays qui mériteraient … une information de l’ONU sur les Droits de l’Homme.

INOLAB LE SALON DU NUMÉRIQUE ET DE L’INNOVATION A OUVERT SES PORTES au Château Royal. Au menu, des échanges passionnants, quelques intervenants de haut niveau.

Une question centrale : la Calédonie est-elle motivée pour prendre « le virage numérique » ? Au delà des constats d’autosatisfaction, certainement pas encore ! Et notamment du côté de grands acteurs de décision que sont l’OPT et les collectivités. Débit insuffisant, internet de qualité inégale, tarifs étonnamment bien plus élevés qu’en métropole, procédures administratives parfois longues et suspicieuses, ignorance pour certaines communes de ce qu’est « l’Open Source », il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Peut être tout simplement, une entrée dans la modernité …

LE KEA TRADER N’EST PAS RÉPARABLE mais son remorquage pourrait être mis en œuvre le 15 octobre. Son armateur estime cependant que le navire ne peut plus naviguer en raison des dégâts subis.

LA CALÉDONIE RISQUE DES INCENDIES en raison des conditions climatiques. Depuis plusieurs semaines, les pompiers sont à pied d’œuvre. L’alerte est maximale. Question récurrente : la sanction à l’égard des négligents ou des incendiaires volontaires, qui relève du pénal. Il est urgent et sûrement éducatif que tombent de lourdes punitions.

290 PIEDS DE CANNABIS SAISIS À HOUAILOU et le jardinier était bien connu des services de gendarmerie. Il a donc été placé en garde à vue.

LE NOUVEAU PONT DE LA OUENGHI ENTRE EN SERVICE demain. Sa construction aura duré 2 ans, le temps qu’il a fallu aux Australiens pour reconstruire l’autoroute entre Brisbane et Gold Coast …

LES MOUSTIQUES TREMBLENT : ILS SONT DANS LE COLLIMATEUR DU GOUVERNEMENT qui lance une campagne pour éradiquer les virus dont certains ont provoqué plus de 10 morts en Calédonie cette année. Résultats à la prochaine épidémie.

BONNE NOUVELLE POUR LA CALÉDONIE : GÉRARD LARCHER RÉÉLU PRÉSIDENT DU SÉNAT – Un nouveau minéralier performant pour la SLN – Risque extrême d’incendie : à quand les sanctions exemplaires pour les incendiaires? – Philippe Germain lance un cri d’alarme – 2 fois plus de caries qu’en métropole !

GÉRARD LARCHER RÉÉLU PRÉSIDENT DU SÉNAT, et c’est une bonne nouvelle pour le territoire. Le deuxième personnage de l’Etat est venu il y a quelques mois en Nouvelle-Calédonie. Homme de dialogue, mais dont les convictions le portent à soutenir le maintien de la Calédonie au sein de la République, il avait créé un groupe chargé de suivre les évolutions locales et conservera sans nul doute cette attention.

UN NOUVEAU MINÉRALIER POUR LA SLN, le bateau, construit au Japon, peut transporter 27.000 tonnes de minerai entre les centres miniers et l’usine de Doniambo.

MANŒUVRES DES FANC À LA FOA où 500 militaires vont simuler une intervention dans un pays étranger.

DEUX FOIX PLUS DE CARIES ICI QU’EN MÉTROPOLE, c’est le triste constat qui justifie une campagne d’action. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, aucune politique sérieuse de prévention n’a été conduite en dépit des moyens considérables disponibles.

RISQUE EXTRÊME D’INCENDIE en raison de la sécheresse et du vent. La population est appelée une nouvelle fois à faire preuve de prudence et de civisme. Mais on attend toujours les sanctions exemplaires pour les incendiaires.

PHILIPPE GERMAIN LANCE UN CRI D’ALARME sur les conséquences de l’absence de désignation d’un Président de gouvernement. Une situation semblable s’était produite en fin 2014 où le gouvernement était resté sans président pendant plusieurs mois après la démission des membres de Calédonie Ensemble et alors que Cynthia était présidente sortante.

RUGBY : UN CALÉDONIEN CAPITAINE DE L’ÉQUIPE CHAMPIONNE DE FRANCE – Succès pour la Gigawatt – 1000 personnes au pélérinage de Tomo – Philippe Germain à New York devant l’ONU – Vanuatu : toute l’île d’Embae menacée par le volcan

RUGBY : UN CALÉDONIEN CAPITAINE DE CLERMONT pour le match de clôture du Top 14 et ce sera Sébastien Vahaamahina. Un enfant du caillou capitaine de l’équipe championne de France en titre, c’est un vrai événement !

SUCCÈS POUR LA GIGAWATT avec un millier de participants pour une épreuve référence organisée par des bénévoles de EEC. Vainqueur : le duo Nordine Benfodda et Alexis Dianoux à l’issue du parcours débutant au barrage de Yaté et se déroulant jusqu’aux Bois du Sud.

PLUS DE 1000 PERSONNES AU PÉLÉRINAGE DE TOMO, une date phare du calendrier religieux pour honorer Sainte Thérèse de l’enfant Jésus. La manifestation avait pour thème « soyons des artisans de Paix.

LES POMPIERS DE THIO TOUT LE WEEK END SUR LA BRÈCHE pour éteindre un nouvel incendie. Ils ont été aidés par ceux de Boulouparis et de la Sécurité Civile. Un hélicoptère bombardier d’eau a également été appelé en renfort.
Il serait temps de punir de manière exemplaire les incendiaires. A la réunion, l’un d’entre eux a récemment été condamné à 20 ans de réclusion.

PHILIPPE GERMAIN À NEW YORK avec une délégation qui se rend à l’ONU. On est sûr, ainsi, qu’aucune élection n’aura lieu la semaine prochaine pour mettre en place le nouveau gouvernement élu.

LE VOLCAN D’EMBAE MENACE L’ÎLE où les évacuations ont commencé. L’Australie portera assistance aux autorités de l’archipel avec l’envoi d’un navire de transport militaire et une dotation financière.

BLUESCOPE RACE, la traditionnelle compétition sur l’eau entre le phare Amédée et l’Anse Vata, manquait de vent. Super ambiance malgré l’absence des wind et kite surfers

ATTENDUE DEPUIS DES ANNÉES, ENFIN UNE AUTOROUTE JUSQU’À TONTOUTA ?

C’était dans la présentation du projet de budget 2017 de la Nouvelle-Calédonie : parmi les opérations qui allaient être lancées cette année figurait un genre de serpent de mer, le doublement de la voie entre Paita et Tontouta. Aujourd’hui, il en est question dans le budget Outre-mer de l’Etat. L’autoroute Tontouta-Nouméa va-t-elle être achevée ?

Il en est question depuis des décennies. Ie projet figurait au Plan Routier déjà concocté il y a près de 10 ans par Gérald Cortot, alors « ministre » de l’équipement. Il figurait encore dans le plan adopté par le Congrès à la fin de la précédente mandature.

UNE RATIONALISATION DES TRANSPORTS AÉRIENS
Il en avait été question lors des débats sur le transfert à Tontouta des installations liées au trafic aérien domestique : les caractéristiques autoroutières doivent en effet permettre une substantielle réduction du temps de trajet entre l’agglomération et l’aéroport, rendant possible ce transfert pour les usagers.

D’ailleurs, l’aéroport a été conçu pour accueillir les équipements nécessaires et offrir des espaces répondant à ce trafic.

Ce transfert, rappelons le, est de nature à rationnaliser le traitement des trafics internationaux et intérieurs, à réduire les coûts d’exploitation et d’opérations, et à réduire les coûts pour les usagers. Un progrès incontestable au plan économique, et s’inscrivant dans une Politique Publique de transport intelligente.

D’autres enjeux sont liés à ce vaste programme routier.

ÉCONOMIE, URBANISME, SÉCURITÉ ROUTIÈRE
Il s’agit tout d’abord des relations économiques entre la Brousse et l’agglomération, grâce à un réseau plus rapide et plus confortable. Il s’agit ensuite de la sécurité routière, parce que naturellement, une telle route permet davantage de visibilité aux automobilistes et évite les collisions frontales. Accessoirement, le contrôle de vitesse y est plus facile avec des moyens technologiques modernes. Il s’agit enfin de favoriser le développement urbain et économique d’une immense zone impactée par cette liaison routière, dans une situation où le confinement et l’envolée des coûts affectent l’agglomération.

QUAND ?
Les tracés initiaux de l’autoroute évitent le col de la Pïrogue et aboutissent dans la plaine de la Tamoa, en prolongation de la voie express se terminant sur la RT1, près du carrefour de Paita/Tiaré.

Ces derniers jours, lors du débat sur le budget Outre-mer à l’Assemblée Nationale où Annick Girardin, la ministre, présentait ses propositions, le financement de l’Etat sur ce chantier figurait au titre des contrats de développement.

Reste pour la Nouvelle-Calédonie à acter ce dossier et à le mettre en oeuvre. Dans cette période où le BTP a perdu près de 2000 emplois en moins de 3 ans, et où les perspectives d’activité se réduisent dramatiquement, la finalisation de l’autoroute Tontouta-Nouméa serait un investissement salvateur.

Mais quand ?

« LES POLITIQUES SE FICHENT DE L’ÉCONOMIE » : LE MEDEF « A LES BOULES » !

Pourtant plutôt conciliant ces dernières années tout en défendant les intérêts et le point de vue des employeurs, le Medef, par la voix de l’un de ses co-présidents, Daniel Ochida, laisse pointer son ras-le-bol sur l’absence de véritable stratégie économique de la Nouvelle-Calédonie. A l’évidence, l’organisation professionnelle dont les adhérents sont de plus en plus touchés par la crise, a le sentiment que les responsables politiques aux commandes occultent les nouveaux impératifs d’une économie en chute, tout comme les attentes des entrepreneurs et des investisseurs. Colère.

BESOIN D’UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE CROISSANCE
C’est au cours d’une émission sur RRB que le chef d’entreprise, co-responsable du Medef, a laissé tomber : « les politiques se fichent de l’économie« . Il est vrai qu’alors que le leitmotiv, c’est « la sortie des Accords », la situation économique se dégrade à une vitesse qui s’amplifie, sans qu’une véritable stratégie se mette en place pour combattre cette dégradation.

Au cours du colloque à l’Université sur « l’économie de la Nouvelle-Calédonie après 2018 », Cécile Couharde, maître de conférence, l’avait pointé du doigt : le territoire a besoin d’une nouvelle stratégie de développement et de croissance.

« ILS N’Y CONNAISSENT RIEN ! »
Un chef d’entreprise, proche du Medef, est quant à lui plus critique : « la politique économique de la Nouvelle-Calédonie est, en réalité, faite par des responsables qui n’y connaissent rien tout, politiques et fonctionnaires. Ce qu’ils veulent, c’est tout contrôler et augmenter les impôts. C’est le même schéma qu’en métropole, et maintenant en pire ! »

Cette absence de stratégie pénalise en effet la visibilité, pour les entreprises, et pire peut être, occulte tout espoir de redressement en laissant l’impression d’aller dans le mur. « On est dans le mur« , déclarait d’ailleurs Daniel Ochida.

DES CONSÉQUENCES DÉVASTATRICES À VENIR
Or la situation va encore s’aggraver dans les mois à venir. Une quasi-faillite des régimes sociaux, qui va conduire à des décisions historiquement douloureuses, des difficultés progressivement infranchissables pour les collectivités, et des conséquences encore plus dévastatrices sur l’économie déjà en souffrance, si un nouveau modèle de développement n’est pas mis en place.

Pour corser le tout, le Conseil d’administration de Vale devrait rendre son verdict sur l’avenir de l’usine du sud, probablement dans les deux mois qui viennent. Les personnels craignent une dramatique réduction des emplois dont les conséquences sociales et politiques ne sont, ni anticipées, ni mesurées.

SÉNAT : FROGIER-POADJA AU PREMIER TOUR

C’est le ticket Frogier (suppléante Léontine Ponga) et Poadja (Suppléante Nina Julié) qui l’a emporté dès le premier tour des élections sénatoriales de dimanche.

Pierre Frogier, sénateur sortant, a recueilli 255 suffrages et Gérard Poadja, 258. Tous deux se présentaient au titre de la « plate-forme » loyaliste.

120 suffrages se sont portés sur les deux candidats du Palika, Emile Nechero et Jean Creugnet, soit davantage que les seules voix des délégués du parti. L’Union Calédonienne prônait le vote blanc.

Egalement candidate loyaliste, mais hors « plate-forme », Isabelle Lafleur a obtenu un score de 95 voix, « davantage que ce que je pouvais espérer » a-t-elle déclaré. Quant à Manuel Millar, 9 bulletins se sont portés sur sa candidature.

UN PLAN PROVINCIAL DE LUTTE CONTRE LA DÉLINQUANCE EN PROVINCE SUD – Grève des pilotes à Aircalin – Les retraités s’unissent et dénoncent la perte de leur pouvoir d’achat – Ouverture de la Foire de Koumac

UN PLAN PROVINCIAL DE LUTTE CONTRE LA DÉLINQUANCE EN PROVINCE SUD, il est examiné ce matin en assemblée de Province. Deux axes sont privilégiés :
– la lutte contre la délinquance juvénile
– la lutte contre la vente illégale d’alcool

De plus en plus de mineurs sont impliqués dans des faits de délinquance. Quant au taux d’ivresse publique manifeste, il est … 50 fois plus élevé qu’en métropole !

En matière de prévention de la délinquance, la province appelle à structurer les actions des différents intervenants. « L’intérêt de ce plan provincial de prévention de la délinquance, a déclaré le président de la Province, Philippe Michel, c’est de donner aux communes, aux services provinciaux, à la Nouvelle-Calédonie, à la Police, à la Gendarmerie, à l’ensemble des acteurs, un cadre de référence avec des procédures qui sont écrites, des interlocuteurs qui sont identifiés, soit quelque chose de plus coordonné et de plus opérationnel« .

Le référent provincial, dans cette matière, est Philippe Hardouin.

Reste une nécessaire évaluation de ce plan pour en suivre l’efficience, l’efficacité, et le cas échéant, y apporter les compléments et les correctifs pertinents.

DES PILOTES D’AIRCALIN EN GRÈVE VEULENT DES AUGMENTATIONS ainsi que des aménagements concernant l’organisation de leur travail. Leur mouvement lancé par l’Unac lié à l’UTFE-CGC, suivi partiellement, n’a que peu perturbé les vols et a impacté des liaisons avec l’Australie.

PERTE DE POUVOIR D’ACHAT DES RETRAITÉS – 5 syndicats dénoncent la dégradation de leurs revenus et forment l’Union des Retraités de Nouvelle-Calédonie.

LA FOIRE DE KOUMAC S’OUVRE pour la 25e fois alors que les agriculteurs affrontent une sécheresse sévère.

L’ASSOCIATION ENDEMIA VEUT ENRICHIR LA CONNAISSANCE de la faune et de la flore calédonienne en mettant en place un « carnet en ligne » à la disposition des naturalistes et des citoyens.

NOUVELLE-ZÉLANDE : LE PARTI NATIONAL AU POUVOIR FAVORI dans les sondages pour les élections générales de ce samedi.

 

COLLOQUE ÉCONOMIE APRÈS 2018 ? BEAUCOUP DE QUESTIONS, PEU DE RÉPONSES

Le thème était pourtant alléchant et l’initiative de Samuel Gorohouna, maître de conférences à l’Université de Nouvelle-Calédonie fort intéressante. Mais tout comme lors du colloque sur les finances publiques organisé dans le même lieu, l’essentiel des exposés a porté sur les constats de la situation actuelle, mais pratiquement rien, hormis des généralités bien connues, n’a émergé sur ce que pourrait être l’économie de la Nouvelle-Calédonie après 2018.

L’explication a peut être été donnée par Cécile Couharde, de Paris Nanterre : « Nous arrivons à un point qui va amener la Nouvelle-Calédonie à repenser sa stratégie de croissance, sa stratégie de développement« .

Il est vrai que le thème pouvait être embarrassant : « … en cas d’émancipation accrue, voire de pleine souveraineté, quelle seraient les conséquences sur l’économie du pays ? » Les élus du Palika et de l’Union Calédonienne étaient d’ailleurs des auditeurs attentifs. Mais c’est avec beaucoup de prudence que les conférenciers ont évité des réponses trop directes. Ou accablantes.

Olivier Sudrie a tout de même expliqué, force graphiques à l’appui, qu’imaginer que les revenus du nickel pourraient se substituer, à moyen et long terme, aux transferts de l’Etat, relevait de la spéculation irréaliste. Cet exposé a eu le grand mérite de la clarté.

Pour le reste, échanges commerciaux, monnaie, système bancaire : on est resté essentiellement dans le constat et l’analyse de la situation actuelle. Quant aux relais de croissance, notamment fondés sur une économie basée sur les richesses patrimoniales concrètes ou immatérielles, ils ont été appréhendés une nouvelle fois dans leur généralité. Un peu comme des incantations, à l’image du « formidable » potentiel touristique …

Il faut dire que le thème n’est pas simple. La situation économique du territoire qui tend à virer progressivement à la catastrophe -d’ailleurs annoncée-, ne prête guère à de flamboyantes projections après 2018.

Cette date, en matière économique, n’est en effet, ni l’alpha, ni l’oméga. Elle ne va pas transformer, d’un coup de baguette magique, l’absence de stratégie et de modèle de développement adaptés au temps nouveau et présent que connaît la Nouvelle-Calédonie. L’évocation de 2018, en réalité, est une façon de capter l’attention du public qui sait que cette échéance ne changera pas grand chose à la situation actuelle, mais qui se pose tout de même quelques questions.

Pour le reste, les pistes à tracer sont plutôt délicates. Elles conduiraient en effet à être critiques sur la politique économique et sociale menée localement depuis plusieurs années, pour indiquer quels changements seraient pertinents.

Un pas que les doctes universitaires répugnent à franchir …

L'actualité calédonienne quotidienne et gratuite