LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF CONFIRME LE MONOPOLE DE L’OPT, L’Australie célèbre ses 80 ans de relations diplomatiques avec la Calédonie

NOUVELLE-CALÉDONIE

LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF CONFIRME LE MONOPOLE DE L’OPT, contrairement à l’estimation de l’Autorité locale de la Concurrence. Ce monopole est contesté par la SCCI qui propose un autre cable que celui choisi par l’OPT, et qui s’était engagé à une baisse des tarifs concernés par cette concurrence. Les parties vont probablement se retrouver devant la Cour d’Appel de Paris qui confirmera ou infirmera le jugement du TA de Nouméa.

BONNE  NOUVELLE POUR LES PLAISANCIERS : la marina de Port Moselle sera agrandie de 150 places, pour un total porté en conséquence à 700 places de bateau.

Il restera, pour les autorités compétentes, à mettre un terme à ce scandale d’hygiène et de santé publique que génère l’absence de réglementation des bateaux en mouillage sauvage, et donc, l’absence, notamment, de récupération des eaux grises de ces bateaux.

NOUVEAU PACHA POUR LE D’ENTRECASTEAUX – Le navire de la Marine Nationale est désormais commandé par le lieutenant de vaisseau Bastien Salasca

LA SÉRIE DE FRANCE TÉLÉVISIONS « OPJ » SERA TOURNÉE À LA RÉUNION – Initialement prévu en mars 2020, le tournage de la saison 2 en Nouvelle-Calédonie de la série OPJ avait dû être arrêté en raison du COVID 19.  Soucieux de préserver l’archipel et de maintenir des résultats face au virus qui ont valeur d’exemple, le gouvernement calédonien a récemment prolongé la limitation d’accès au territoire jusqu’au 24 octobre, suspendant les vols réguliers et imposant une quatorzaine.  Dans ce contexte sanitaire inédit, la production Terence Films et France Télévisions ont fait le choix de tourner la suite de la série à La Réunion afin de répondre aux impératifs d’antenne du groupe.

France Télévisions et Terence Films ambitionnent tout de même de revenir en Nouvelle-Calédonie pour la saison 4. 

80 ANS DE BONNES RELATIONS AVEC L’AUSTRALIE étaient célébrées hier au très beau Musée de la seconde guerre mondiale. Une façon de rappeler les liens entre la France et l’Australie lorsqu’il s’agit de défendre la démocratie et la liberté dans le monde. D’ailleurs, ces relations vont se renforcer au plan militaire avec un personnel dédié à Nouméa, au plan économique avec la probable reprise de Vale NC par une entreprise australienne, et au plan éducatif avec le dispositif d’écoles bilingues développé par la province Sud.

UN NOUVEAU BÂTIMENT POUR LE TRIBUNAL MIXTE DE COMMERCE pour mieux rendre la justice dans ce domaine. Le nom de l’immeuble : Badamier.

RENTRÉE PLUS COMPLIQUÉE POUR LES ÉTUDIANTS PARTANT EN MÉTROPOLE en raison de la situation du Covid. La liberté dont jouissent les Calédoniens en matière de santé est bien différente du quotidien contraint et inquiet de nos compatriotes de métropole. D’ailleurs, le « contingent » d’étudiants est de moitié moins important que les années précédentes, les parents préférant, par précaution, conserver leurs enfants en Calédonie. Pour ce parcours laborieux qui attendent nos futurs talents, la Maison de la Nouvelle-Calédonie est bien présente avec une Agnès Siraut toujours attentive, bienveillante et efficace.

LA PROVINCE SUD OUVERTE, MAIS FERME ET CLAIRE AVEC LES COUTUMIERS qui se sont déclarés opposés au rachat de Vale NC par un consortium australien. Sonia Backès, qui les a reçus, partage avec eux le souci de privilégier l’intérêt des populations et de l’environnement dans cette transaction éventuelle, mais réfute tout ultimatum.

POLYNÉSIE FRANÇAISE

Revue de presse – Une collision entre un baleineau et le Terevau a eu lieu mercredi après-midi à l’entrée dans la passe de Moorea. L’association Oceania, qui oeuvre pour la protection des cétacés, a tenu à rassurer mercredi soir, indiquant que le navire avait pris les précautions pour éviter le baleineau et qu’une surveillance avait été effectuée sur zone pendant une heure sans « aucune baleine blessée ou en détresse » observée. Tahiti Infos
Cliquer sur l’image pour lire l’article de Tahiti Infos

TOUTE L’ACTU EN POLYNÉSIE
Cliquer ci dessous pour accéder à Tahiti Infos

WALLIS ET FUTUNA
0 CAS

AUSTRALIE

Policiers et militaires patrouillent

Au cours des dernières 24 heures, 471 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés, et 8 nouveaux décès sont intervenus dans l’Etat du Victoria, en Australie.

Le Premier ministre de l’Etat a exhorté ses concitoyens à respecter les mesures prises pour limiter la diffusion du virus. Il a également recommandé aux habitants de ne pas constituer de stocks de nourriture.

Concernant la manifestation « Freedom Day Celebration » programmée dimanche par des organisateurs selon lesquels la pandémie résulterait d’une conspiration et le virus serait une arme chimiques, la police a indiqué qu’elle ne serait pas tolérée.

Elle a déclaré en outre que des amendes de 1652 dollars seraient appliquées aux contrevenants et que si nécessaire, il serait procédé à des arrestations.

TOUTE L’ACTU EN AUSTRALIE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site ABC News

NOUVELLE-ZÉLANDE

L’aéroport d’Auckland prêt à ouvrir au Pacifique le 17 août

L’aéroport d’Auckland a déclaré qu’il sera prêt à exploiter une bulle du Pacifique avec les pays sans Covid d’ici le 17 août si le feu vert est donné.

Cela survient alors que le gouvernement néo-zélandais est mis au défi de présenter une stratégie proactive d’ouverture des frontières pour libérer le commerce et les voyages avec les voisins du Pacifique. 

Le Pacific Business Council de Nouvelle-Zélande, avec les bureaux des affaires étrangères et du commerce, a organisé mardi un webinaire pour générer des recommandations qui aideront à accélérer le lancement d’une bulle du Pacifique.

TOUTE L’ACTU EN NOUVELLE-ZÉLANDE
ET DANS LE PACIFIQUE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site RNZ

EN MÉTROPOLE
ET DANS LE MONDE

FRANCE : LE DERNIER BILAN DU COVID – Le dernier bilan quotidien de l’épidémie de coronavirus a été communiqué mardi 4 août par le ministère de la Santé. Si le nombre de nouveaux cas diagnostiqués est en augmentation, celui des hospitalisations est en baisse, mais celui des patients transférés en réanimation augmente. 

BEYROUTH – Le bilan s’est alourdi à Beyrouth, deux jours après le drame : les violentes explosions qui ont secoué Beyrouth mardi ont fait au moins 137 morts, a déclaré ce jeudi le porte-parole du ministère de la Santé. Un nouveau bilan pourrait être annoncé dans la journée.

Parmi les victimes françaises, se trouve l’architecte Jean-Marc Bonfils, installé au Liban.

Des dizaines de personnes restaient toujours portées disparues, tandis que les secouristes poursuivent leurs recherches dans l’espoir de retrouver des survivants.

300.000 SANS-ABRI
Les énormes explosions, dues selon les autorités à un incendie dans un entrepôt abritant une énorme quantité de nitrate d’ammonium au port de Beyrouth, ont également fait quelque 300 000 sans-abri.

ACCIDENT
Plusieurs pays dont la France ont déjà dépêché des équipes de secouristes et du matériel pour faire face à l’urgence après la double explosion présentée comme accidentelle par les autorités qui a ravagé le port et une grande partie de la capitale. L’aide internationale a commencé à arriver dès mercredi au Liban, au lendemain du drame.

LE VANUATU PRÉPARE SON PROCHAIN RENCENSEMENT

Selon le Vanuatu Daily Post, le travail de terrain du recensement devait avoir lieu du 16 au 29 novembre. Le Bureau national des statistiques gère le recensement pour lequel il prévoit de recruter 700 agents de terrain, 150 superviseurs et 50 employés de bureau.

Les informations à collecter comprennent le nombre de personnes dans chaque ménage ainsi que leurs conditions de vie et d’autres données socio-économiques. Il sera utilisé par le gouvernement pour formuler des politiques et pour éclairer sa réponse aux crises telles que les cyclones.

En 2016, un mini recensement a révélé que la population de Vanuatu était passée à environ 272000 habitants, soit une augmentation de 38000 par rapport à 2009.

BERNARD TAPIE SOIGNE SON CANCER EN BELGIQUE OÙ UN TRAITEMENT EXPÉRIMENTAL SEMBLE MARCHER – Atteint d’un double cancer de l’estomac et de l’œsophage, aujourd’hui métastasé, l’homme d’affaires avait confié à la fin de l’année dernière dans Nice-Matin qu’il avait fini par arrêter tout traitement, car les médecins n’avaient pas trouvé la thérapie qui « réponde aux définitions » de sa maladie. Il s’était alors tourné vers la Belgique, et plus précisément vers les services du docteur Eric Van Cutsem qui a mis en place un protocole de soins fondé sur l’immunothérapie, à savoir une technique qui administre aux patients des substances stimulant leurs défenses immunitaires pour faire face à l’agression de la maladie, en les aidant à reconnaître et à détruire les cellules tumorales.

Malgré « les moments compliqués », liés surtout aux effets secondaires, Nanard, 77 ans, dit « serrer les dents » et garder espoir dans ce qu’il considère depuis le début comme « le match de sa vie ». Il se prépare à une rentrée chargée avec son procès en appel dans l’affaire de l’arbitrage Adidas-Crédit lyonnais et n’a toujours pas renoncé à monter sur scène pour interpréter Vol au-dessus d’un nid de coucou, un défi qu’il s’est promis de relever.

FABULEUX : VISIONNEZ CI-DESSUS LE PARCOURS DU COVID-19 AU MICROSCOPE

SUIVRE LA CRISE DANS LE MONDE EN DIRECT

RÉFÉRENDUM : LES VERTUS SUPPOSÉES DE KANAKY v/s L’AMOUR AFFICHÉ DE LA FRANCE

A l’évidence, la campagne pour le référendum est lancée entre les deux camps qui s’affrontent. Ceux qui veulent l’instauration de l’Etat indépendant Kanaky et qui en chantent les vertus, et ceux qui veulent que la Calédonie ultra-autonome demeure au sein de la fondatrice des Droits de l’Homme et affiche son amour de la France.

LES DEUX CAMPS QUI S’AFFRONTENT AVEC DES NUANCES EN LEUR SEIN
Certes dans les camps existent des nuances. Chez les indépendantistes, le Palika prône une indépendance avec partenariat avec la France. L’UC, de son côté, veut l’indépendance tout court. Pour les liens avec la France, on verra après. La nouvelle entité MNSK n’a pas une position encore très claire. On connaît les thèmes radicaux de LKU, et le leader du MNIS quant à lui parle de « souveraineté partagée ».

Le FLNKS a livré une version « bonifiée » de ce qu’il propose pour Kanaky. Assez élaboré pour ce qui concerne les institutions, le document est plutôt fruste pour ce qui relève des ressources du nouveau pays, et ses capacité à financer les politiques publiques. Ce point est pourtant essentiel pour que les éventuels futurs citoyens de Kanaky envisagent leur vie au quotidien.

Côté loyaliste, 6 partis se sont regroupés au sein d’un formation baptisée Les Loyalistes : les Républicains Calédoniens, le Rassemblement, le MPC, le Rassemblement National, Tous Calédoniens et Générations NC. Calédonie Ensemble a décidé de faire bande à part. Motif, le « non » des Loyalistes n’est pas le même que le sien. Mais au total, tous prônent le non à Kanaky.

Le « non » des partis hostiles à l’indépendance a tout de même une signification commune : plutôt que de faire le saut dans Kanaky, conserver des institutions, une économie, un système de santé et de protection sociale, un système éducatif que les Calédoniens connaissent bien puisqu’ils vivent aujourd’hui dans cette société. L’avantage évidemment mis en avant : être dans la cinquième puissance mondiale, dans l’Europe, et bénéficier des garanties et des progrès liés à cette situation et la faire évoluer dans ce cadre stable et rassurant.

LE CAS DE L’ÉVEIL OCÉANIEN
Un parti est en marge : l’Eveil Océanien dont le leader, au titre de ce qu’il appelle l’équidistance, laisse le choix à ses électeurs, essentiellement Wallisiens et Futuniens.

LA CAMPAGNE EST EN MARCHE
Côté indépendantiste, quelques drapeaux ont été agités dans l’agglomération, et la communication s’est intensifiée avec des réunions, une publication, des déclarations. Côté Les Loyalistes, un rassemblement festif est organisé samedi à Gatope, dans la commune de Voh, pour les électeurs de la province Nord qui préfèrent que le territoire demeure au sein de la République.

LA POSITION DE L’ETAT
Reste l’Etat. Sébastien Lecornu est le nouveau ministre de l’Outre-mer, et il est visiblement  en charge du dossier référendum. Evidemment, le Président de la République et le Premier ministre en suivent l’évolution. Evidemment, les ministères de l’Intérieur et de la Justice sont concernés. L’Etat fera tout pour que le second scrutin se déroule dans la sérénité et la régularité, en dépit de la crise du Covid.

Les indépendantistes attendent, disent-ils, des réponses à leurs questions pour ce qui relèverait de l’accompagnement de la France en cas d’indépendance. Réponse précise impossible en l’absence d’un Etat souverain. Quelques banalités pourraient être servies. On connaît, en revanche, l’accompagnement de la France aux indépendances africaines ou au Vanuatu.

POUR RÉSOUDRE LES CRISES ACTUELLES : KANAKY OU BIEN LA FRANCE ?
Ainsi, la campagne référendaire est bel et bien lancée avec sur le bureau des Institutions, des sujets brûlants comme la survie de la SLN et de Vale, le devenir de KNS avec ses 1000 milliards de dettes, la crise sanitaire et ses effets désastreux sur l’économie.

Une façon de démontrer comment les solutions de ces affaires sérieuses, qui échappent aux incantations du moment, pourront se trouver plus facilement : dans la France ou dans Kanaky ?

AUSTRALIE-La plus jeune victime du Covid dans le Victoria

L’Etat du Victoria est en pleine tourmente du Covid. Quinze nouveaux décès et 725 nouveaux cas y ont été enregistrés pendant la nuit – le total quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie.

Le premier ministre de Victoria, Daniel Andrews, a déclaré que 12 des 15 décès étaient liés à des établissements de soins pour personnes âgées.

Dans cette catastrophe sanitaire, un homme âgé d’une trentaine d’année est devenu la victime la plus jeune de la pandémie depuis son début en Australie. Aucun détail n’a cependant été fourni sur ce cas.

Par ailleurs, des aborigènes ont bloqué l’accès d’Ayers Rock.

Au plan économique, la compagnie Virgin supprime 3000 postes.

RÉFÉRENDUM : LA CONSULE HONORAIRE DE BRISBANE HABILITÉE POUR LES PROCURATIONS

Compte tenu des la fermeture des frontières de plusieurs Etats australiens, les personnels diplomatiques habilités ne peuvent se déplacer pour établir des procurations de mandataires dans le cadre du prochain référendum.

De nombreux Calédoniens se trouvent en effet en Australie où, en raison de la crise sanitaire, les procédures habituelles sont soit compliquées, soit impossibles. Or, pour les électeurs inscrits, pouvoir exprimer son « oui » ou son « non » au prochain référendum relève du respect de leur droit, et de l’équité entre tous les électeurs admis à participer à ce scrutin.

C’est pour tenir compte de ces impératifs républicains, et de la situation particulière de l’Australie, que la Consule Honoraire de Brisbane, Lady Jane Edwards, aurait été habilitée à établir les procurations des électeurs calédoniens du Queensland régulièrement inscrits sur les listes électorales.

EXPORTATIONS DE MINERAI POUR SAUVER LA SLN ET VALE : accord à la majorité du gouvernement

NOUVELLE-CALÉDONIE

LE GOUVERNEMENT D’ACCORD À LA FOIS SUR LES EXPORTATIONS DE MINERAI ET L’INSTAURATION D’UNE FISCALITÉ SUR LES EXPORTATIONS. Pour ce qui est des exportations de minerai (2 millions de tonnes par an pendant 5 ans), il s’agit d’une autorisation restreinte au minerai non transformable localement, issu des réserves métallurgiques. Ce tonnage est considéré comme insuffisant par le Soenc-nickel qui défend un volume de 6 millions de tonnes.

C’est le Congrès qui aura le dernier mot puisque c’est à lui que revient la décision, le gouvernement ayant arrêté le texte à la majorité.

Hier, le Soenc a manifesté son soutien à l’autorisation d’exportation qui est l’un des éléments clé de la survie de la SLN, et de la pérennité de l’usine de Goro . En ce qui concerne la fiscalité, elle consiste en une redevance à l’extraction qui bénéficieront aux collectivités locales, et en une taxe à l’exportation destiné à alimenter le Fonds Nickel.

COVID : 5 CAS CONTACTS ONT ÉTÉ PLACÉS EN ISOLEMENT dans un hôtel. Ils ont été en contact avec une japonaise dans un vol Paris-Tokyo. Aucune de ces personnes ne s’est révélée infectée. Un sixième passage a poursuivi son voyage vers Wallis où il  été également placé en isolement.

28 CAS D’HÉPATITE A ONT ÉTÉ RECENSÉS depuis le début de l’année. La maladie affecte essentiellement des enfants, et, pour moitié, des habitants de Maré, pour l’autre moitié, des habitants de Nouméa, Dumbéa, Mont Dore et Paita. Cette affection du foie provient en général d’une défaillance des gestes d’hygiène.

LE FLNKS APPORTE DES PRÉCISIONS SUR SON PROJET D’INDÉPENDANCE qui avait déjà fait l’objet d’une publication dans laquelle étaient surtout décrites les Institutions imaginées pour Kanaky. Cette fois, l’accent est mis, essentiellement d’ailleurs par les intentions et les têtes de chapitres, sur le bonheur de « vivre ensemble » et sur « une population en bonne santé pour un pays heureux, une économie moderne pour un pays solide, de l’emploi et des formations pour tous dans un pays vivant, une école à notre image pour un pays homogène, un environnement protégé pour un pays agréable, vers de  nouveaux liens avec la France et le Monde, une identité nouvelle pour une nationalité partagée« .

La question économique et le financement des services publics ne semblent pas poser de problèmes au Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste. Il ne s’agit pas d’un volume de ressources, sujet secondaire : « ce n’est pas tant de dire combien on a, c’est dire comment on gère« . Rassurant.

Ainsi, le financement de l’enseignement dans Kanaky sera bien sûr assuré par le nouvel Etat. Pour une raison simple : selon les calculs des économistes indépendantistes, la France ne contribue que pour 10% aux budgets des collectivités. C’est dire que le coût -60 milliards FCFP environ- de l’enseignement ne semble pas poser de problème, alors que la contribution des impôts locaux pour le financement des collectivités s’élève à peu près au double à peine. L’enfer est pavé de bonnes intentions …

POLYNÉSIE FRANÇAISE

Revue de presse – En dehors de la touriste américaine dépistée positive au Covid-19, tous les tests pratiqués sur les passagers et membres d’équipage du Paul Gauguin sont revenus négatifs lundi. Les occupants du navire ont commencé à être débarqués lundi soir et placés en confinement, principalement à domicile. Dans le même temps, le Pays a annoncé un test supplémentaire avant chaque croisière. Tahiti Infos
Cliquer sur l’image pour lire l’article de Tahiti Infos

TOUTE L’ACTU EN POLYNÉSIE
Cliquer ci dessous pour accéder à Tahiti Infos

WALLIS ET FUTUNA
0 CAS

AUSTRALIE

RISQUE DE PÉNURIE ALIMENTAIRE À MELBOURNE ET DANS PLUSIEURS RÉGIONS AUSTRALIENNES – Selon le Courrier Australien, la fermeture des usines du Victoria risquent de provoquer des pénuries frappant l’alimentation des Australiens notamment à Melbourne et dans plusieurs régions de l’Australie.

« La production alimentaire, y compris les entreprises de transformation de fruits de mer, de produits laitiers, de fruits et de légumes, peut rester ouverte sous les mesures sévères de l’État. Mais les centres ne pourront travailler qu’à seulement un tiers de leur capacité habituelle à travers Victoria.

« Mardi, le directeur général de l’Australian Meat Industry Council, Patrick Hutchinson, a déclaré que les pénuries de viande dans les semaines à venir étaient presque certaines.« 

TOUTE L’ACTU EN AUSTRALIE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site ABC News

NOUVELLE-ZÉLANDE

TOUTE L’ACTU EN NOUVELLE-ZÉLANDE
ET DANS LE PACIFIQUE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site RNZ

EN MÉTROPOLE
ET DANS LE MONDE

Coronavirus France : plus de 1000 nouveaux cas en 24h, la remontée des réanimations se poursuit

1039 cas ont été détectés ces dernières 24 heures, et 139 personnes ont été admises à l’hôpital, dont 21 en réanimation. Le taux de positivité des tests augmente légèrement.

Explosions à Beyrouth: au moins 27 morts et 2500 blessés, la ville en plein chaos – Deux puissantes déflagrations au port ont semé la panique et brisé les vitres de nombreux immeubles et magasins. Le bilan encore provisoire des victimes pourrait s’alourdir.

FABULEUX : VISIONNEZ CI-DESSUS LE PARCOURS DU COVID-19 AU MICROSCOPE

SUIVRE LA CRISE DANS LE MONDE EN DIRECT

AIRCAL ÉCARTÉ DE LA DISCUSSION … DES TARIFS AÉRIENS DES ILES !

NOUVELLE-CALÉDONIE

UN PROTOCOLE SUR LES TARIFS AÉRIENS DES ILES … SANS AIRCAL, c’est ce que révèle le PDG de la compagnie. Il s’agissait de régler un différend avec les nouveaux dirigeants des Iles Loyauté, les chefs coutumiers. En lice, le gouvernement et la province des Iles, médiatrice. Dans les négociations, notamment : l’augmentation temporaire des tarifs aériens pour contribuer au rétablissement des comptes de l’entreprise Air Calédonie, fortement impactée par la crise sanitaire. Interrogé par les Nouvelles, son patron, Samuel Hnépeune indique ne pas connaître le contenu du protocole signé, et pour cause : la compagnie n’a pas été associée à ces discussions. Probablement une nouvelle conception de la concertation, de la gestion des entreprises publiques, et de la transparence. « J’ai un petit souci avec la méthode« , déclare pudiquement le Boss d’Air Cal. Il n’est pas le seul.

MANIF CONTRE LA FERMETURE DE FRANCE Ô – C’est le 9 août prochain que la chaîne France Ô, largement dominée par le lobby antillais, devrait fermer. Dimanche dernier, une centaine de personnes se sont réunies place du Palais Royal pour protester contre cette décision.

Soutenus par la députée martiniquaise Maud Petit, les manifestants avaient répondu à l’appel du collectif « Sauvez France Ô » et du Conseil Représentatif des Français d’Outre mer.

Il est vrai que France Ô, par la reprise de certaines de ses émissions, était la seule opportunité pour l’Outre mer de bénéficier d’un diffusion nationale sur France Télévisions.

Dans la foule, un drapeau s’est fait remarquer : celui de Kanaky.

73 TRAVAILLEURS CHINOIS ARRIVENT EN CALÉDONIE JEUDI – Ils seront soumis à un protocole sanitaire strict, à une quarantaine, puis rejoindront la barge Cali dépêchée en février dernier pour achever le démantèlement du Kea Trader.

Dans un communiqué, le gouvernement précise que « soixante-douze heures avant leur départ de Chine, ces personnes auront subi un test de dépistage. Les résultats seront transmis à la DASS vingt-quatre heures avant l’embarquement. Et c’est le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie par le biais de la DASS qui les autorisera nominativement à prendre l’avion. »

CONFLIT DU CTOS – La requête déposée par la liste de Paul Poaniewa qui conteste l’élection de celle de Christophe Dabin a été examinée par le tribunal de première instance. Le jugement a été mis en délibéré pour le 28 septembre.

AIDER LES ENTREPRISES À POURSUIVRE LEUR INVESTISSEMENTS, c’est la demande pressante du Medef qui demande une simplification des procédures, notamment pour les défiscalisations.

UNE NOUVEAU PATRON POUR LE RSMA – Le lieutenant-colonel Fabien Paul a pris le commandement du régiment du service militaire adapté de Nouvelle-Calédonie. Il succède au colonel Nicolas Baller, qui occupait cette fonction depuis 2018. 

3 MÉDIATEURS COUTUMIERS À LIFOU – Ils veillent au respect du civisme dans la zone de Wé. Ce dispositif est issu d’un partenariat entre le conseil coutumier, la mairie, la province. Et l’Etat, bien sûr, qui paie, qui paie.

MANQUE DE MÉDECINS ? Le dispensaire de Poum n’assure que les soins infirmiers et les urgences jusqu’au 10 août. Au centre médico-social de Hienghène, il n’y a qu’un seul médecin. Conséquence : consultations en matinée seulement, jusqu’au 1er septembre.

POLYNÉSIE FRANÇAISE

Revue de presse – Deux semaines après la réouverture des vols commerciaux aux touristes internationaux en Polynésie française, un premier cas suspect de Covid-19 a été détecté chez une touriste américaine en croisière à bord du navire Paul Gauguin à la suite d’un auto-test revenu positif de l’Institut Malardé, puis d’un nouveau test réalisé par les autorités sanitaires polynésiennes. Le navire est revenu à quai à Papeete et l’ensemble des 340 passagers et membres d’équipage sont restés confinés à bord dimanche, le temps d’être tous testés et de connaître la situation sanitaire exacte du navire. Tahiti Infos
Cliquer sur l’image pour lire l’article de Tahiti Infos

TOUTE L’ACTU EN POLYNÉSIE
Cliquer ci dessous pour accéder à Tahiti Infos

WALLIS ET FUTUNA
0 CAS

AUSTRALIE

LA SITUATION DANS LE VICTORIA
Des milliers de magasins, d’usines et de bureaux fermeront à travers Melbourne après que le premier ministre du Victoria Daniel Andrews leur ait ordonné de fermer pour arrêter la propagation du coronavirus.

Environ 500 000 personnes travaillaient déjà à domicile et environ 250 000 avaient été licenciées depuis le début de la pandémie.

Les changements annoncés devraient voir 250 000 autres travailleurs rester chez eux pendant la durée des restrictions du niveau 4. « Cela représente un million de travailleurs qui ne se déplaceront pas tous les jours pour aller et revenir du travail« , a déclaré M. Andrews.

  • Les fermetures d’entreprises verront 250000 autres travailleurs de Melbourne rester chez eux.
  • Les supermarchés, les magasins de bouteilles, les pharmacies, les stations-service, les banques, les agences de presse et les bureaux de poste continueront à fonctionner de manière réduite.
  • Les sites de construction et les usines de viandes fonctionneront à capacité réduite, tandis que d’autres entreprises de vente au détail, de fabrication et d’administration seront fermées pendant six semaines.

TOUTE L’ACTU EN AUSTRALIE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site ABC News

NOUVELLE-ZÉLANDE

L’AÉROPORT D’AUCKLAND SE PRÉPARE À LA « BULLE » DE VOYAGE
Dans un communiqué, l’aéroport a révélé qu’il se préparait à séparer différentes catégories de voyageurs lors de leur passage dans le terminal international, en prévision de la formation d’un couloir aérien sûr entre la Nouvelle-Zélande et les îles Cook.

Il a déclaré qu’avec la planification dans les dernières étapes, les deux zones autonomes seraient prêtes à devenir opérationnelles peu de temps après l’annonce d’une bulle de voyage.

La zone A serait une zone de « voyage sûr » à utiliser par les personnes voyageant entre des pays avec lesquels la Nouvelle-Zélande a un arrangement de voyage sûr, et par les personnes qui sont en Nouvelle-Zélande depuis plus de 14 jours. Il comprendrait les portes 1 à 10.

La zone B, y compris les portes 15 à 18, serait une «zone de gestion de la santé» pour les voyageurs arrivant de pays sans système de bulles, et qui seraient tenus d’entrer en isolement ou en quarantaine, et pour les personnes transitant par l’aéroport pour d’autres destinations.

«Nos frontières sont des endroits où les personnes atteintes de Covid interagissent – ce sont des environnements à haut risque», a déclaré Jacinda Arderne, la Première ministre.

« Nous devons faire face à cela très très soigneusement … si nous nous dirigeons vers des voyages sans quarantaine, même avec un endroit déclaré exempt de Covid comme les îles Cook. Nous devons le faire avec une prudence absolue pour la sécurité de la Nouvelle-Zélande et la sécurité du Pacifique. « 

Elle n’a cependant pas indiqué si la mise en place d’une bulle trans-tasmanienne serait une possibilité avant Noël.

TOUTE L’ACTU EN NOUVELLE-ZÉLANDE
ET DANS LE PACIFIQUE
Cliquer ci-dessous pour accéder au site RNZ

EN MÉTROPOLE
ET DANS LE MONDE

RENZO PIANO A CONÇU LE NOUVEAU PONT DE GÊNES
Moins de deux ans après la tragique catastrophe du pont Morandi, l’Italie a inauguré ce lundi le nouveau pont autoroutier de Gênes. Le nouvel ouvrage de 1067 mètres de long a été dessiné par l’architecte originaire de Gênes Renzo Piano. Sa construction s’est achevée fin avril 2020.

Rappelons que Renzo Piano est l’architecte du Centre Culturel Tjibaou.

L’ANCIEN PAPE BENOÎT XVI EST DANS UN ÉTAT « EXTRÊMEMENT FRAGILE » – Atteint par une maladie infectieuse au visage, Benoît XVI, 93 ans, est «extrêmement fragile», selon un article du quotidien régional allemand Passauer Neue Presse, qui cite un biographe de l’ancien pape, Peter Seewald.

«D’après Seewald, le Pape émérite est désormais extrêmement fragile (…). Ses capacités intellectuelles et sa mémoire ne sont pas affectées, mais sa voix est à peine audible», a écrit le Passauer Neue Presse. Peter Seewald a rencontré samedi à Rome Benoît XVI pour lui présenter sa biographie, selon le quotidien. «Lors de cette rencontre, le pape émérite, en dépit de sa maladie, s’est montré optimiste et a déclaré que si ses forces augmentaient à nouveau, il reprendrait peut-être sa plume», a-t-il ajouté.

FABULEUX : VISIONNEZ CI-DESSUS LE PARCOURS DU COVID-19 AU MICROSCOPE

SUIVRE LA CRISE DANS LE MONDE EN DIRECT

UN « NON » À TOUTES LES SAUCES mais qui reste un « non » à vivre en Kanaky

Ce n’est pas tout à fait comme « le zizi » de Pierre Perret, mais les Calédoniens découvrent peu à peu les mille et une subtilités du « non ». De ce point de vue, le Larousse est aride, pour qui « non » exprime le refus, le désaccord. La Calédonie vient utilement enrichir ce dico pour les Nuls. Il s’agit, évidemment, du « non » à l’avènement de Kanaky, par rapport au « oui » à son instauration.

Il y a, depuis quelques jours, le « non » qui peut s’interpréter comme un « nom ». Là, c’est un jeu de mot, plutôt habile.

En revanche, la signification de « non », depuis, s’est prodigieusement enrichie.

Il y a le « non » respectueux, par opposition au nom irrespectueux. Et peut être agressif. Non mais …

Il y a le « non » humble. Il fait bonne mesure avec l’utilisation débridée de « humilité », un mot que l’on peut trouver dedans, dehors, au dessus, et même au dessous. « Humilité », d’ailleurs, tient largement la corde, puisque tout, en Calédonie, se fait, se dit, se pense, « avec humilité ». Même l’arrogance, de plus en plus en plus présente, s’exprime avec humilité. Même la menace, l’agression, l’exclusion, s’expriment avec humilité. Bientôt, seule l’humilité ne sera pas humble. Mais c’est dire l’étendue du « non » avec humilité.

Il y a le « non » identitaire. A croire que « non-kanak », qui exprime la négation d’une identité, devient chez nous, une identité. Avec humilité, bien entendu.

N’oublions pas le « non » fier. Ce qui voudrait dire, par opposition, que le « oui » serait honteux. Une absence d’humilité qui est contrevient au « non » humble. Carton jaune.

Il y a même le « non » avec amour. Mais là, pas de chance, l’invention ne sera pas calédonienne : Gainsbourg y avait pensé en écrivant « je t’aime … moi non plus ».

Reste qu’au final, le jour du référendum et pour répondre à la question de vouloir vivre en Kanaky, le « non » n’aura qu’une seule signification : non.

LE MNSK, UN AUTRE PARTI INDÉPENDANTISTE

Photo Facebook

Au cours de l’assemblée générale du parti travailliste a été officialisé le rapprochement de ce parti avec le Mouvement Nationaliste Indépendantiste et Souverainiste pour former le Mouvement Nationaliste pour la Souveraineté de Kanaky.

La nation prônée est donc Kanaky formée du « peuple kanak » et de ceux « qui vont venir vivre avec le peuple kanak« , selon les termes du président du Parti Travailliste.

Indépendance rupture avec la France ? On pourrait le penser après les nombreuses déclarations du parti Travailliste. Cependant, s’exprimant sur le « oui » au référendum, le leader du MNIS envisage la campagne comme une « vocation à faire le bilan des 30 ans, mais à la fois le bilan des loyalistes et des indépendantistes« . Regrettant ce qu’il appelle le bipolarisme entre loyalistes et indépendantistes, il indique également :  » le oui nationaliste, c’est de dire qu’on peut transgresser tout ça, on peut sortir du bipolarisme, et puis avancer ensemble vers une souveraineté partagée« .

Outre le fait que la situation de « souveraineté partagée » est considérée comme la situation actuelle de la Nouvelle-Calédonie, on peut donc imaginer que la « souveraineté de Kanaky » défendue par le MNSK, et en son sein par le MNIS, serait différente de celle prônée par l’UC, et plus proche de « l’indépendance avec partenariat » vue par l’Uni-Palika.

En revanche, mais c’est généralement ce qui ressort des déclarations constitutives de Kanaky, rares sont les informations relatives au quotidien du futur « peuple de Kanaky » en ce qui concerne les réalités économiques, sociales, financières et de solidarité.

COVID : ÉTAT DE CATASTROPHE À MELBOURNE

Dimanche un couvre-feu a été décrété à Melbourne pour tenter d’enrayer l’explosion de cas de Covid-19 dans la deuxième ville du pays. Les habitants n’auront le droit de sortir qu’à moins de cinq kilomètres de leur domicile, une sortie limitée à 1 heure, y compris pour faire leurs courses.

Malgré un confinement instauré début juillet, Melbourne a continué d’enregistrer des centaines de nouveaux cas quotidiennement. Les autorités locales ont donc décidé de mettre en place un couvre-feu de 20H00 à 05H00 du matin pour les six prochaines semaines.

Déclarant officiellement un « état de catastrophe » dimanche, Daniel Andrews, le Premier ministre du Victoria, a expliqué que la capitale de l’Etat passait à la « phase 4 » des restrictions jusqu’au 13 septembre à cause de niveaux de contamination « inacceptablement élevés« .

Quelques semaines après être revenus en classe, la plupart des élèves des écoles et universités reprendront les cours par internet à partir de mercredi minuit. Les crèches et autres structures d’accueil seront fermées à partir de jeudi.

Les mariages sont annulés dans la ville jusqu’à nouvel ordre. « Nous avons pris ces décisions car faire moins que cela ne nous protégera pas« , a expliqué M. Andrews.

« L’heure n’est plus au laxisme, le temps des avertissements est fini« , a déclaré M. Andrews. « Si vous n’êtes pas chez vous alors que vous devriez y être, si vous avez le virus et poursuivez votre vie normale, la fermeté s’appliquera. Il y a des vies en jeu. »

Des restrictions supplémentaires concernant les lieux de travail seront annoncées lundi, a-t-il précisé. Il est probable que les activités non essentielles pourraient être interrompues.

L’Etat de Victoria a recensé dimanche 671 nouveaux cas de Covid-19 et sept morts.

Hors de Melbourne, le reste de l’Etat va passer à la phase 3 de confinement à partir de mercredi minuit. Les habitants ne pourront quitter leur domicile que pour travailler, aller à l’école et acheter des biens de première nécessité.

Les autres Etats australiens, en revanche, n’ont déclaré aucun ou très peu de nouveaux cas depuis des semaines. Mais ils ont fermé leurs frontières aux habitants du Victoria et de Sydney, autre foyer de contaminations.

Au total, près de 18.000 cas de nouveau coronavirus et au moins 208 morts ont été recensés en Australie à ce jour.

L’INDÉPENDANCE EST DÉMODÉE par Le Point

Le Point, sous la plume de Luc de Barochez, développe une réflexion intéressante sur l’indépendance de nouveaux pays, en ce début de troisième millénaire, et alors que le phénomène de mondialisation a bouleversé le monde des techniques, de l’économie, de la culture et des échanges humains.

Soixante ans après la vague des indépendances africaines, l’apparition d’un nouvel État n’est plus synonyme d’espoir, mais de discorde.

  • 30 Juillet 2020
  • Par Luc de Barochez
« J’aurais souhaité un geste architectural plus contemporain. »

L’indépendance n’est plus ce qu’elle était ; la naissance d’un État est devenue rarissime. Quand l’accouchement survient néanmoins, il se déroule dans les affres et le nouveau-né complique les conflits plus qu’il ne les résout. Il en allait autrement il y a soixante ans. C’est dans la liesse populaire que les ex-colonies françaises d’Afrique subsaharienne accédèrent à la souveraineté en 1960. Rien qu’au mois d’août de cette année-là se sont succédé le Bénin, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Tchad, la République centrafricaine, le Congo et le Gabon. « Le soleil noir des indépendances » se levait, pour reprendre l’expression de l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma. La souveraineté au sein de frontières sûres et reconnues, bien que celles-ci fussent souvent tracées par le colonisateur, était vue comme le préalable à la libre autodétermination des peuples. L’État était gage de paix et de développement.

L’ONU a gagné 44 membres dans les années 1960, 26 la décennie suivante, 7 dans les années 1980 et encore 26 au début des années 1990. La démocratie et la liberté, qui semblaient être sorties gagnantes de la guerre froide, s’accommodaient d’un nombre record d’États. Les guerres qui ont accompagné le démantèlement de la Yougoslavie ont ouvert un chapitre plus sombre. La destruction de Vukovar, le siège de Sarajevo, le massacre de Srebrenica ont marqué au fer rouge les nouvelles indépendances balkaniques. Un État naissant est devenu un témoignage de discorde et de conflit. Depuis un quart de siècle, seuls 7 États sont nés dans le monde. Le dernier en date fut, en 2011, la République du Soudan du Sud, qui a fait sécession du Soudan pour devenir le 193e membre des Nations unies. Ce fut, là aussi, une calamité. La guerre civile sud-soudanaise, émaillée d’épouvantables atrocités, a fait quelque 400 000 morts et déplacé plus de 4 millions de personnes, soit le tiers de la population du pays.

Depuis cette dernière indépendance, neuf ans se sont écoulés. Jamais, depuis la Seconde Guerre mondiale, la carte politique n’était restée aussi longtemps inchangée. Quelques frontières ont bien été culbutées, notamment par le Russe Vladimir Poutine qui a arraché, en 2014, la Crimée à l’Ukraine. Mais de nouvel État, point. Paradoxalement, le chauvinisme étouffe les appétits d’indépendance. « Chaque peuple mérite un État », proclamaient les nationalistes romantiques au XIXe siècle. « Notre État est réservé à notre peuple », répondent aujourd’hui les souverainistes identitaires. La Chine combat sans pitié les aspirations nationales des Ouïgours, les Turcs répriment celles des Kurdes, Israël rejette celles des Palestiniens.

La plupart des États comme des organisations internationales ont adopté une attitude hostile, même lorsque le risque de guerre ou de « nettoyage ethnique » qui résulterait de l’indépendance est proche de zéro, comme en Catalogne, en Écosse ou en Flandre. Le maintien du statu quo est considéré comme la solution préférable. La doctrine qui prévaut est celle de l’ancien chef de la diplomatie américaine d’après-guerre, John

La puissance technologique ou industrielle compte plus maintenant que l’appartenance à l’ONU.

Foster Dulles, qui professait : « Aucun gouvernement n’a un droit à être reconnu. C’est un privilège qui est accordé (…) lorsque nous estimons qu’il correspond à notre intérêt national. »

La mondialisation est passée par là, ainsi que l’émergence de la Chine au rang de puissance mondiale. Les attributs de la souveraineté aujourd’hui ne sont plus tant des frontières sûres qu’un poids économique et politique suffisant pour se faire respecter par les grands pays. La puissance technologique ou industrielle compte plus que l’appartenance à l’ONU. Le Royaume-Uni en fait l’amère expérience, lui qui découvre, depuis qu’il a quitté l’Union européenne, qu’il pèse moins qu’il ne l’imaginait sur la scène mondiale.

Dans ces conditions, les États qui peuvent encore naître se comptent sur les doigts d’une seule main. Le Kosovo, déjà reconnu par une centaine de pays, pourrait devenir membre de l’ONU s’il réussissait à normaliser ses relations avec la Serbie. Pour la République de Chine (Taïwan), la perspective est plus lointaine. Quinze États seulement la reconnaissent. Mais cela pourrait évoluer si les relations entre Pékin et Washington continuaient à se détériorer. Au-delà, il faut être bien idéaliste pour imaginer que les Kurdes, les Palestiniens ou les Catalans puissent exercer une quelconque souveraineté étatique dans l’avenir prévisible. Il y a soixante ans, l’indépendance était la solution. Aujourd’hui, elle est le problème ■

L'actualité calédonienne quotidienne et gratuite